Rechercher sur le site

21 mars 2017 : Construisons un monde de Paix

Aujourd’hui, mardi 21 mars 2017, journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, et en cette semaine de l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, les élu-es du groupe communiste-Front de gauche affirment que la solidarité, la tolérance, et la lutte contre toute forme de discrimination sont au cœur de leurs actions.

Depuis le début du mandat, nous avons mis en avant des personnalités parfois oubliées de la mémoire collective mais qui nous rappellent que le combat contre le racisme et l’antisémitisme est primordial. Althéa Gibson et Victor « Young » Perez donneront leur nom à deux équipements sportifs dans le 12ème arrondissement de Paris. Althéa Gibson est la première joueuse de tennis noire à avoir remporté un tournoi du grand-Chelem, c’était à Roland Garros en 1956. Victor « Young » Perez était un boxeur, déporté en 1943, exécuté en 1945 parce que juif.

Au-delà du travail de mémoire mené par Catherine Vieu-Charier, adjointe à la Maire de Paris chargée de toutes les questions relatives à la mémoire, le combat continue contre les contrôles d’identité dit « au faciès ». Si le gouvernement a refusé de mettre en place le « récépissé de contrôle », nous continuons de penser que Paris pourrait être un lieu d’expérimentation. Nous le savons les contrôles au faciès sont monnaie courante, dénoncés périodiquement par les associations de défense des droits de l’homme et les associations de jeunesse. La situation s’est encore aggravée depuis les attentats et depuis les conflits sociaux en lien avec le débat sur la loi « travail ».
Demain se tiendra, place de la République, l’exposition « L’Egalité Trahie – l’impact des contrôles au faciès » organisée par la Maison Communautaire pour un Développement Solidaire. J’y serai présent avec Hélène Bidard, adjointe à la Maire de Paris, chargée de l’égalité Femmes-Hommes, de la Lutte contre les discriminations et des Droits Humains.

Enfin nous regrettons que le projet, porté par Lionel Zinsou, d’installer la Fondation pour la mémoire de l’esclavage au sein de l’ancien Musée des Arts et Traditions Populaires n’ait pas été retenu. L’Etat et la ville de Paris ont semble-t-il préféré le projet porté par LVMH.

Le racisme, l’antisémitisme, le négationnisme sont des maux dont il est difficile de se débarrasser. Le bouc émissaire est bien pratique en période de crise, il permet de ne pas dénoncer les vrais responsables.
Luttons sans relâche et n’ayons aucune complaisance face aux actes et aux propos racistes et antisémite.
Continuons à construire un monde de Paix par l’éducation où le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme seront bannis.

Publié le

21 mars 2017

Auteur-e-s