Rechercher sur le site

5 ans après leur assassinat nous n’oublions pas Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez

Il y a 5 ans, le 9 janvier 2013, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez, trois femmes militantes de la paix, qui œuvraient pacifiquement pour la reconnaissance des droits politiques et culturels du peuple kurde, ont été tuées au cœur de la capitale au 147 rue Lafayette dans le 10ème arrondissement.

En novembre 2015 et en janvier 2017 les élus communistes, au conseil d’arrondissement du 10ème et au Conseil de Paris ont souhaité qu’une plaque commémorative puisse être apposée sur l’espace public en hommage et au souvenir de ces femmes.

Hélène Bidard, adjointe à la Maire de Paris, en charge de l’égalité femmes-hommes, de la lutte contre les discriminations et des droits humains a affirmé que : « Cet hommage rendu aujourd’hui au travers de la pose de cette plaque est un devoir de mémoire sur le sol parisien, il en va de l’histoire du mouvement de lutte des peuples et du droit à la lutte et à la revendication. Il en va du respect des droits humains les plus fondamentaux. »

Alors que plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi 6 janvier 2018 à Paris pour exiger vérité et justice, c’est un geste fort de la Ville de Paris pour affirmer soutien et solidarité envers les familles des victimes et les mouvements kurdes.

Alors que le régime d’Erdogan, accueilli la semaine dernière par Emmanuel Macron, accentue sans cesse la répression et bafoue toujours plus les droits humains et la liberté d’expression, enferme journalistes, syndicalistes, magistrats, enseignants et parlementaires, la Ville de Paris s’honore de rendre hommage à celles et ceux qui luttent pour la paix, et le droit des peuples face aux régimes autoritaires.

Les communistes continueront d’agir avec toutes celles et tous ceux qui demande la vérité et qui œuvre pour les droits humains.

Publié le

9 janvier 2018

Auteur-e-s