Rechercher sur le site

AirParif : la santé publique mérite un service public de qualité

Nous nous sommes abstenus concernant la subvention à l’association AirParif car nous n’approuvons pas la volonté de l’exécutif d’externaliser complètement l’analyse de la qualité de l’air en matière de mesure des HAP (composés hydrocarbures aromatiques polycycliques).

Jean Noel Aqua, membre de notre groupe, a expliqué clairement notre position : « l’exécutif avance son plan d’externalisation. Cette délibération vient en bout de chaine l’acter concrètement. (…) C’est une délibération 2 en 1. Elle couple la subvention classique à Airparif que nous approuvons, à une subvention supplémentaire actant du transfert à Airparif de la compétence des laboratoires de la Ville sur les HAP. ».

L’analyse de la pollution nécessite des expertises variées et nous pensons qu’une partie des analyses doit être faite au sein du service public et des compétences municipales. Rappelons l’exemple de Volkswagen, cela devrait nous inciter à plus de vigilance sur la diversité et la pluralité des systèmes de contrôles.

De plus, nous tenons à rappeler que nous avions fait adopter un vœu en conseil de Paris en juillet dernier, afin que la Ville renforce ses compétences internes en matière de santé environnementale. Il est donc temps de tenir parole.

Le groupe PCF/FDG au Conseil de Paris

Publié le

15 février 2016

Auteur-e-s