Rechercher sur le site

Amendement au budget 2017 pour renforcer l’Observatoire des violences faîtes aux femmes

Sur proposition de Nicolas Bonnet-Oulald et les élu-es du groupe communiste- front de gauche

Considérant que la Ville de Paris fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité et la « pierre angulaire des combats pour l’égalité » selon la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

Considérant l’ampleur des violences faites aux femmes en France (216 000 victimes de violences conjugales en 2015, environ 80 000 viols par an, déjà 100 femmes décédées en 2016, 80% des femmes un jour confrontées dans leurs vies à la violence sexiste) et à Paris (environ 4 000 plaintes chaque année, sachant que seuls 10% environ des femmes osent pousser la porte d’un commissariat).

Considérant que, sous l’impulsion de l’actuelle majorité et de Hélène Bidard, adjointe à la maire pour l’égalité femmes-hommes, la ville de Paris a installé en 2014 un Observatoire parisien des violences faites aux femmes qui a pour but de coordonner les actions de protection et d’accompagnement des victimes (telles que par exemple la mise en place du téléphone grave danger), de sensibiliser la population, de créer des plans de formations pour les professionnels et d’établir des diagnostics territorialisés en lien avec des associations et divers partenaires.

Considérant qu’il est nécessaire de pouvoir faire vivre cet observatoire et qu’il puisse répondre à l’ampleur des besoins des femmes victimes de violences

Considérant la nécessité de produire encore davantage de données sur le sujet,

Considérant les résultats précieux des autres observatoires départementaux pour l’action contre les violences faites aux femmes,

Considérant que l’Observatoire fonctionne actuellement sur les moyens humains du service SEII de la DDCT,


Sur proposition de Nicolas Bonnet-Oulaldj et des élu-e-s du groupe communiste –front de gauche que le Conseil de Paris décide :

  • la création d’un poste de catégorie A pour renforcer l’Observatoire parisien des violences faites aux femmes ;
  • la dépense correspondante sera gagée sur l’augmentation de la taxe sur les résidences secondaires.