Rechercher sur le site

Association Villette Emploi et Le 100 Etablissement Culturel Solidaire

Intervention de Danièle Premel

Madame la Maire, chers collègues,

Parfois le calendrier nous fait un clin d’œil, nous débattons par cette délibération de l’accompagnement d’artistes parisiens en situation de précarité au moment où la négociation sur l’assurance chômage s’est s’arrêtée le 16 juin sur le Medef refusant d’augmenter les cotisations patronales et n’autorisant pas ses négociateurs à aborder ce point lors de cette dernière séance. Devant ce blocage patronal le gouvernement a annoncé qu’il prend le dossier en main.

Echec sauf pour les intermittents du spectacle dont l’actuelle convention négociée en 2014, sera prolongée, et, l’accord de branche du 28 Avril, qui concernent les intermittents et qui est signé par l’ensemble des partenaires du secteur, sera appliqué par décret courant Juillet. Peut-être aurons-nous l’occasion durant notre conseil d’apprendre la parution de ce décret.

Les artistes sont des travailleurs, mais dans ce milieu plus qu’ailleurs il faut de faut distinguer les notions de travail de celles de l’emploi. Pour un artiste si son projet professionnel est le socle de son insertion, elle ne lui garantit pas nécessairement un emploi, terme qui renvoie davantage à une forme juridique de l’exercice de l’activité liée à la rémunération.

La plupart des artistes sont massivement considérés à la fois comme des « précaires du travail » c’est -à- dire qu’ils participent à une activité productive non valorisée, mal rétribué et faiblement reconnu et « précaires de l’emploi », du fait même que leurs activités se fondent sur une incertitude à l’emploi, conjuguées à une faible prévisibilité d’un avenir professionnel stabilisé. L’artiste est ainsi comparable au travailleur saisonnier sans saison, et son statut de « précaire » l’écarte de la norme traditionnelle du statut d’employé. Si le statut d’intermittents a été créé pour répondre à cette singularité, mais dans le projet de l’association Villette emploi et celui de la SCIC le 100 s’agit d’artiste bénéficiaires du RSA où le statut d’intermittents est inopérants et où les minima sociaux jouent un rôle très important de dernier ressort. Pour Paris nous notons une surreprésentation des « artistes » au RSA En 2013 26088 allocataires du RSA sont inscrits à Pôle Emploi (source : Pôle Emploi Paris avril 2013), dont 3792 inscrits sur un métier du spectacle, soit 14,5%.
L’accompagnement pour ces artistes qui n’arrive pas à vivre de leur art, représente une difficulté particulière celle du détour, souvent du deuil de leur projet et de la coupure du monde artistique dans lequel et par lequel ils s’identifient.
C’est tout l’intérêt du projet de ces deux structures dans cette recherche d’un accompagnement adapté
Pour Villette Emploi.
• Reconversion dans un milieu artistique
• Partenariat avec des établissements culturels
• Situation de travail lié aux évènements artistiques
• Reconnaissance des acquis antérieur comme capital de compétences pouvant être mobilisé pour un nouveau projet professionnel hors champ artistique
• Démarche qui s’appuie sur les ressources du groupe

Pour la SCIC le 100
• la méthodologie employée : travail sur le projet professionnel, réunion d’information bimensuelle sur les principes et les modules d’accompagnement proposés, rencontre semestrielle avec les porteurs d’entreprises culturelles issues de l’accompagnement du 100

• L’existence de 3 pôles d’activité dans un même lieu partagé de rencontres et d’échanges :
 La mutualisation d’espaces et de matériels pour des pratiques artistiques liées à l’art (visuel, plastique, multimédia, spectacle vivant)
 L’insertion et la formation professionnelle
 La diffusion et l’animation locale.

Ces deux structures ont accumulé une expérience et un capital d’expertise au fil des années et elles ont toujours trouvé auprès de notre conseil le soutien nécessaire
Peut-être qu’un jour ces deux structures pourront créer des ponts entre elle compte tenu de leur même champ d’intervention et dans ce cas qu’elles sachent que nous serons à coté d’elles

Je vous remercie

Publié le

4 juillet 2016

Auteur-e-s