Rechercher sur le site

Augmentation de la taxe sur les résidences secondaires en zones tendues Une avancée contre le mal-logement suite aux propositions des élu(e)s communistes

Ca y est c’est voté !

Ce 17 novembre vers 13h, l’Assemblée Nationale a voté un amendement offrant la possibilité aux communes en déficit de logements, comme Paris, de voter une multiplication par trois de la taxe additionnelle à la taxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Lors des conseils de Paris de juin et novembre dernier, l’ensemble de la majorité municipale avait voté des vœux que j’avais défendus proposant de relever son taux à 100%.

Ian Brossat et Jacques Baudrier, élus (PCF-FDG) de Paris, avaient proposé la création de cette taxe dans leur ouvrage paru en 2013 « Paris n’est pas à vendre ».
Cette proposition avait été portée par la liste de gauche rassemblée pendant la campagne électorale de 2014.
Nous avions obtenu sa création par un vote au Parlement fin 2014, mais avec un taux très peu élevé (20%).

Aujourd’hui après d’âpres débats à l’Assemblée Nationale, a été obtenu la possibilité de le relever à 60%.

Pour Jacques Baudrier, conseiller de Paris (PCF-FDG) « il s’agit d’une avancée importante pour inciter les propriétaires des 92 000 résidences secondaires, dont beaucoup les utilisent très peu, à louer ou vendre leurs logements. L’enjeu est que des milliers de logements supplémentaires soient disponibles pour les habitant(e)s. »

Malheureusement le gouvernement a appelé les parlementaires à voter contre l’augmentation de la taxe sur les logements vacants dans les zones de déficit de logement, défendue par Nicolas Sansu, député (PCF) du Cher. Malgré le soutien des parlementaires de gauche parisiens, cet amendement n’a pu être adopté.
Ce n’est que partie remise, pour les 100 000 logements vacants comme pour les 92 000 résidences secondaires, les élu(e)s communistes ne cesseront d’intervenir pour mobiliser les logements vides ou très peu utilisés.

Nicolas Bonnet-Oulaldj, Président du groupe Communiste-Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

18 novembre 2016

Auteur-e-s