Rechercher sur le site

Barrer le fleuve tranquille de la dédiabolisation

L’Humanité
30 avril 2015

"Dans un contexte de banalisation sans précédent, (...) rappelle Nicolas Bonnet,le laissez faire des médias et des dirigeants, jusqu’au président de la République, qui, en pratiquant l’amalgame entre PCF et FN, salit l’un en donnant du vernis républicain à l’autre. On l’a vu à l’occasion des dernières élections, la violence est toujours présente, du moins en parole. Racisme, antisémitisme, homophobie : sur les réseaux sociaux, nombre de candidats frontistes ont franchi la ligne jaune. (...) la commémoration de demain est l’occasion d’un travail de mémoire pour les jeunes générations . Parce que des crimes racistes, il y en a encore. Et des agression politiques aussi, à Grenoble, Lyon...Aujourd’hui, cela peut arriver à Paris. Regardez Clément Méric."

Publié le

30 avril 2015

Auteur-e-s