Rechercher sur le site

Budget : 1 million pour l’installation du centre de victimologie parisien au sein du centre de santé Richerand dans le 10ème

Suite à un amendement du groupe communiste au budget 2018, la Ville de Paris s’engage à soutenir l’installation de l’institut de victimologie parisien au sein du centre de santé Richerand dans le 10ème arrondissement via l’attribution d’une subvention totale de 1 million d’euros.

500.000€ ont été fléchés en ce sens dans la lettre rectificative au budget votée ce soir, et 500 000€ seront mobilisés à terme sur les crédits déjà prévus dans le programme d’investissement de la mandature en matière de santé.

L’Institut de victimologie est une unité de soins agréée spécialisée dans le traitement médico-psychologique des victimes d’agressions, de viols, de violences conjugales, et plus généralement de troubles post-traumatiques, notamment liés aux attentats.
Aujourd’hui, l’institut est implanté dans des locaux trop petits ne lui permettant pas de répondre aux demandes de toutes les victimes avec un temps d’attente de près d’un mois pour obtenir un rendez-vous.

Depuis de nombreux mois un partenariat de qualité a été tissé entre l’institut de victimologie et le centre de santé Richerand. L’aboutissement du projet encouragerait les synergies entre les projets de santé et permettrait d’offrir un parcours de soins complets aux usager.es.

Le centre de santé Richerand qui a construit depuis plusieurs années de nombreux partenariats de qualité, va bientôt devenir le premier centre de santé de France géré par une structure de l’économie sociale et solidaire.

Le projet médical du centre de santé prévoit de créer une maison médicale de garde, d’instituer des visites à domicile, d’organiser des services innovants de type ville-hôpital avec les hôpitaux partenaires (Saint-Louis-Lariboisière APHP, etc.).

Le groupe communiste se réjouit donc de cet engagement du Conseil de Paris à soutenir financièrement le développement d’un centre de santé au modèle innovant dans une zone d’intervention prioritaire pour l’offre de soin de secteur 1, et l’installation en son sein de l’institut de victimologie dans les locaux plus grands, adaptés aux besoins des victimes, et notamment des victimes des attentats et ce à quelques centaines de mètres des rues Bichat et Alibert dans le 10ème arrondissement.

Publié le

12 décembre 2017