Rechercher sur le site

Budget Participatif : " Nous voulons développer et améliorer la démarche"

Le budget participatif parisien est devenu un véritable outil d’appropriation de la ville pour les parisien-nes. Il est devenu aussi un moyen d’interpellation citoyenne, comme en témoignent les projets concernant les équipements de la Ville. Nous proposons de reconnaître cette fonction, en reprenant dans le budget général de la ville les projets retenus relevant de l’entretien et de la rénovation des équipements, par un « amendement citoyen ».

Retrouvez l’intervention de Danièle Premel

Madame la Maire,

Le succès du budget participatif parisien ne se dément pas. Il est devenu un véritable outil d’appropriation de la ville pour les parisiennes et les parisiens, qui modèlent Paris à leur image par petites touches.

Le groupe communiste approuve la délibération qui nous est proposée aujourd’hui, qui permet plus de souplesse dans la délimitation de la part du budget participatif dans les arrondissements, et dans le soutien de la Mairie de Paris en faveur des projets proposés, notamment en direction des quartiers politique de la ville.

La volonté de rééquilibrage des investissements en faveur des arrondissements populaires, chère à notre majorité, s’applique également dans ce dispositif, et nous nous en félicitons.

Le Budget participatif s’inscrit dans une démarche politique plus grande, celle d’ouvrir le plus largement possible la vie de notre collectivité aux citoyennes et aux citoyens. C’est dans cette démarche que nous proposons, dans un vœu, des pistes de développement et d’amélioration pour le renforcer.

La première piste porte sur sa capacité d’interpellation. Le budget participatif est devenu un formidable levier d’innovations. Des projets citoyens fleurissent et embellissent notre ville, et participent à l’émergence du Paris de demain. Nous en félicitons.

Mais il également devenu un véritable vecteur d’interpellation citoyenne pour notre ville. De nombreux projets portent sur la rénovation et l’entretien des équipements publics.

Une nouvelle instance de dialogue entre notre collectivité et les citoyennes et citoyens a vu le jour. C’est une réelle avancée pour la démocratie à Paris, qu’il s’agit de prendre en compte et de renforcer. C’est tout l’enjeu de cette première proposition. Nous pensons que la rénovation et l’entretien des équipements de la ville relève de ses compétences obligatoires, et que leur financement doit être compris dans son budget d’investissement général.

Dans le même temps, nous ne voulons pas restreindre les propositions citoyennes. Nous proposons alors de reconnaitre cette fonction d’interpellation, en reprenant dans le budget d’investissement général de la ville les projets retenus qui relèvent de l’entretien et de la rénovation des locaux, par le biais d’un « amendement citoyen ». La voix des parisiennes et les parisiens serait directement intégrée dans le débat et la négociation du budget général de la ville, et nous ouvririons encore davantage notre fonctionnement à la participation citoyenne.

Notre deuxième piste d’amélioration porte sur les moyens que notre ville donne pour que toutes et tous puissent formuler des projets au projet participatif.
Les efforts déployés par la ville pour aider à cette formulation des projets est un véritable enjeu démocratique, notamment dans les quartiers populaires. Accompagner les associations et les habitants à élaborer les projets dans les quartiers populaires, c’est faire en sorte que la construction de projet ne soit pas réservée aux seules personnes rompues à l’utilisation de la plateforme internet.
Le travail des directions en charge de la politique de la ville dans les arrondissements, est exemplaire et nécessaire. Et nous devons nous assurer que les agents des directions de la politique de la ville dans les arrondissements disposent des moyens suffisants pour les exercer dans des bonnes conditions.
Nous avons acté lors du budget précédent, de flécher 30% des investissements du Budget participatif en direction des quartiers relevant de la politique de la ville.

Cette décision s’inscrit totalement dans notre volonté de rééquilibrage des investissements en faveur des arrondissements de l’Est.

C’est pourquoi nous proposons que les moyens alloués à la politique de la ville soient renforcés, pour justement permettre, dans ces quartiers, des formulations citoyennes de projets au plus près des besoins de la population, dans des conditions optimales.

Malgré sa jeunesse, le budget participatif s’est imposé comme un outil primordial de la démocratie parisienne. Nous soumettons avec ce vœu au conseil de Paris, des pistes d’amélioration pour développer ce dispositif qui bénéficie d’un réel succès.

Publié le

8 avril 2016

Auteur-e-s