Rechercher sur le site

Conjuguer Environnemental et social

Communiqué de presse
3 août 2016

Conscients de l’impérieuse nécessité de lutter pour un environnement de qualité pour tous, les élus communistes front de gauche du Conseil de Paris ont soutenu, sous certaines conditions, les mesures visant à réduire la circulation automobile dans Paris : fermeture des voies sur berges et restriction de la circulation des véhicules polluants.

Si ces mesures ont un impact important en matière de réduction de la pollution atmosphérique, elles ne peuvent être la seule solution.

Notre groupe a demandé à chaque débat au Conseil de Paris, plus de moyens pour les transports publics, une vraie réorientation des politiques publiques en faveur du fret ferroviaire et fluvial, un maintien de la vocation ferroviaire de la petite ceinture.

Mais malgré quelques aménagements sur les horaires d’interdiction de circuler et quelques aides financières, ces mesures « anti diésel » sont vécues comme « anti sociales »… Aucune proposition du gouvernement n’est venue dynamiser une politique d’aide à la voiture électrique ou hybride et à une réduction de la part du diesel dans le parc automobile national. C’est certainement par là qu’il aurait fallu commencer, une aide publique à la reconversion du parc automobile.

Nous avons donc proposé qu’au niveau de Paris, il y ait des dérogations temporaires ciblées pour l’usage des véhicules diesel d’avant 1997, singulièrement pour les personnes qui travaillent en horaires décalées (parisiens ou banlieusards).

Nous demandons aussi :
Que ce soit tout le parc diesel qui soit concerné et pas seulement les anciens modèles, les récentes révélations sur la « triche » des constructeurs qui semblerait généralisée devraient nous inciter à la vigilance sur les véhicules récents.
Qu’il y ait un bilan social des mesures de restrictions, car nous avons l’intuition que ce sont les plus défavorisés qui sont les plus pénalisés.
Qu’il y ait une augmentation de l’offre multimodale de transports publics et un accroissement de la place du vélo, qu’il y ait des engagements clairs de la part des administrations publiques mais aussi des transporteurs routiers d’aller vers un transport propre en particulier pour le dernier Kilomètre.
Que Paris soit exemplaire dans la création de nouveaux lieux de logistique urbaine comme à la Chapelle Internationale mais aussi dans la Zac Bercy Charenton.

Didier Le Reste, conseiller de Paris PCF/FDG
Jean-Noel Aqua, conseiller de Paris PCF/FDG

Publié le

3 août 2016

Auteur-e-s