Rechercher sur le site

Contre la fermeture du bureau de poste Mortier dans le 20ème

Alors que le groupe La Poste continue de fermer des bureaux de poste à Paris, Raphaëlle Primet rappelle la forte mobilisation des usagers et demande à la ville d’alerter la direction de La Poste et de s’opposer à la fermeture du bureau de poste Mortier.

Retrouvez son intervention et notre voeu

Mes cher-es collègues,

Notre voeu

En lien avec les vœux précédemment déposés au dernier Conseil de Paris et au vœu adopté au dernier conseil du 20e arrondissement, nous souhaitons à nouveau alerter le Conseil de Paris au sujet de la forte probabilité de fermeture du bureau de poste boulevard Mortier.

Nous sommes sollicités depuis deux mois par les habitants et commerçants du quartier Leveau - Mortier 20e, qui sont inquiets de cette éventuelle fermeture.
La direction de La Poste dit ne pas avoir pris de décision pour ce site, mais tous les signaux nous laissent penser qu’elle pourrait le faire prochainement.
Ces signaux sont : le personnel a été divisé par 2, une partie des activités postales a été externalisée vers le Carrefour City, l’activité bancaire avec le service de conseil financier recentrée sur d’autres bureaux depuis longtemps, les horaires d’ouverture réduits. Tout est fait pour faire baisser la fréquentation et justifier la fermeture.

Depuis trois semaines, une pétition circule, qui compte déjà plus de 2.000 signatures. Les habitants s’organisent autour de nouvelles actions de mobilisation pour que La Poste du boulevard Mortier soit maintenue. Une réunion publique est prévue demain.
La fermeture de ce service public essentiel serait un signal terrible de désengagement dans un quartier "politique de la ville" déjà désertique où l’Etat et ces opérateurs devraient à l’inverse accorder toute leur attention.

Nous dénonçons vivement cette politique d’abandon de La Poste. La Poste peut et doit répondre aux nouveaux besoins induits, notamment par le numérique, et développer de nouveaux services. Elle ne peut le faire en supprimant massivement des emplois et en dégradant les rapports de proximité avec les habitants.

Publié le

14 décembre 2016

Auteur-e-s