Rechercher sur le site

Centre de réfugiés Porte de la Chapelle : veillons à sa bonne inscription dans le quartier

Danièle Premel a rappelé que la Porte de la chapelle était un quartier populaire qui doit composer avec un cadre urbain extrêmement dur : voies rapides, voies ferrées et projet CDG-Express contre lequel les élu-e-s communistes se battent !
Il faut donc veiller à la bonne inscription du centre d’accueil dans le quartier et rester à l’écoute du quartier et de ses habitants.

retrouvez l’intervention de Danièle Premel.

Madame la Maire, mes chers collègues,

Le quartier de la Porte de la Chapelle accueillera l’essentiel du dispositif d’accueil des migrants primo-arrivant. C’est pour nous, élus communistes du 18e, une avancée considérable vers un accueil digne de ces populations qui ont traversé des continents pour sauver leurs vies. J’ai d’ailleurs pu visiter ce lieu d’accueil, accompagné de Dominique Versini, et j’ai pu constater que la Ville et l’association Emmaüs étaient à pied d’œuvre pour réussir à tenir les délais du projet. Il est urgent d’ouvrir ce centre afin d’éviter à ces personnes d’avoir à vivre dans les rues comme nous le voyons trop souvent dans le Nord de Paris.

Je tiens toutefois à souligner que l’urgence de la situation ne doit pas sous dispenser de proposer un accueil de qualité. Un accueil qui prenne en compte les normes et les règlementations afin de garantir confort et sécurité aux personnes qui auront à la fréquenter en attendant de pouvoir rejoindre des hébergements plus pérennes.

Je tiens aussi l’importance de travailler le lien avec le quartier. La Porte de la Chapelle assume déjà largement sa part de solidarité. Les loyers y sont relativement abordables, les bailleurs sociaux qui y sont implantées proposent des logements abordables aux familles à revenus modestes. Les habitants de ce quartier vivent souvent dans des conditions qui ne sont pas de tout repos : les emplois pénibles en horaires décalés y sont monnaies courantes pour des salaires qui ne sont pas toujours à la hauteur.

La Porte de la Chapelle est un quartier populaire qui doit aussi composer avec un cadre urbain extrêmement dur : voix rapides et voix ferrés se partagent un espace où le bruit des voitures est omniprésent. Les élu-es communistes se battent d’arrachepied contre le projet de CDG Express, ce super métro réservé aux riches pour relier l’aéroport au centre de Paris, mais il est à craindre que les gouvernements, quels qu’ils soient, ne reculeront pas sur ce projet. Les habitants de la Porte de la Chapelle feront partie des premières victimes de ce projet dont ils ne pourront pas bénéficier.

Pour compléter ce tableau, le quartier accueille depuis toujours les populations en très grande difficultés. Je pense aux familles roms qui, repoussées de toute part, n’ont pas d’autres choix que de dormir sur les talus du périphérique après leur journée de travail. Je pense aussi aux toxicomanes qui, rongés par leur dépendance, sont condamnés à errer dans les rues.

Vous comprendrez donc que nous devons faire très attention à la bonne inscription du centre d’accueil dans le quartier. Les habitants du 18e ont fait preuve à de nombreuses reprises de leur solidarité envers les migrants. Nous ne pouvons pas en dire autant de ceux qui, dans le 16e et ailleurs, menacent d’avoir recours à la violence pour éviter d’accueillir des réfugiés. Ces comportement inacceptables, soutenus par les élu-es de droite, ont pour conséquence d’entraver la solidarité, d’empêcher l’accueil de ces populations dans des quartiers plus favorisé de Paris et de l’Île-de-France comme cela devrait normalement être le cas.

La Ville de Paris et la Mairie du 18e doivent donc rester à l’écoute du quartier et de ses habitants. Nous avons organisé une première réunion publique en Mairie du 18e et nous devons continuer à en organiser. Nous pourrions aussi organiser des visites du site avec les associations et le Conseil de quartier. L’objectif étant d’associer la population à ce projet en mettant en place les espaces qui permettent l’échange et la discussion avec les gestionnaires du lieu et avec les services de l’État. Les élu-es communistes-Front de Gauche soutiennent d’ailleurs les demandes d’associations d’habitants comme l’ASAPNE qui demande la mise en place de cette interface entre le quartier et le centre d’accueil.

Je terminerai en revenant sur le fond du sujet. Nous sommes fiers de pouvoir venir en aide des migrants. Mais si les actes de solidarités relèvent de la fraternité entre les hommes, la vraie solution est de supprimer les causes de l’exode qui arrache les familles à leur maison : la Guerre et l’exploitation des pays les plus pauvres par les grandes puissances et les multinationales. Sachons, en même temps que nous nous montrons solidaires, œuvrer pour la Paix et le développement pour sortir des logiques de guerre et d’exploitation dans ces pays. C’est le sens de la proposition que fait le Parti Communiste Français à l’ONU pour la mise en place d’un plan mondial de solidarités et de réduction des inégalités qui passerait notamment par la relance de l’aide publique au développement.

Je vous remercie.

Publié le

28 septembre 2016

Auteur-e-s