Rechercher sur le site

Danièle Premel " il faut se donner les moyens et prendre le temps de co-construire la politique de la ville avec les habitants "

Intervention en séance du conseil de Paris des 16, 17 et 18 mars 2015

Madame La Maire, Chers collègues,

A un moment où l’enjeu de la démocratie est au cœur de notre débat, au moment où la voix et la place des citoyens doivent être entendues et reconnues, introduire une dimension participative active à la politique de la Ville à travers la mise en place des conseils citoyens, c’est un rendez-vous important avec les citoyens que nous devons préparer et réussir dans une démarche innovante à construire dans les mois qui viennent.

Si nous souhaitons en faire un réel outil d’émancipation sociale et d’éducation populaire il nous faut mobiliser les personnes les plus éloignées des instances classiques de participation et des lieux de débats, il faut donner du temps et des moyens pour agir.

Du temps aussi pour prendre leur place dans l’espace public, de croire en leurs expertises d’usager, pour s’autoriser à parler en tant que citoyen qui à une légitimité reconnue, pour comprendre la ville complexe, les enjeux, les codes d’un autre univers.

Pour aider au fonctionnement des conseils citoyens il est envisagé des postes d’adultes relais et un financement de 20 000 € pour tout Paris.. Ces conditions de mise en œuvre nous interrogent sur 4 points que nous vous soumettons :

• la hauteur de la somme prévue est marquée par sa faiblesse qui risque d’être un frein au fonctionnement des conseils citoyens et qui sur le plan symbolique n’est pas très valorisant

• Il est prévu un conseil citoyens par arrondissements alors que le nombre de quartiers politique de la ville par arrondissement est très différent : un quartier sur le 17ème mais 5 sur le 18ème. Comment est prise en compte cette réalité ?

• les conditions de travail des personnes qui seront recrutées dans ce cadre

• La formation des habitants pour qu’ils soient acteurs/auteurs de projets

Le tirage au sort est un outil intéressant. Mais il ne pourra fonctionner que si des moyens financiers et humains sont mobilisés pour accompagner les personnes et pour développer le pouvoir d’agir.

Les projets de territoires, déclinaison locale des contrats de ville, devront être au plus prés des enjeux et des problématiques des territoires et en tracer les perspectives et les priorités.

Le contrat de ville va engager la Ville de Paris et l’Etat pendant 6 ans sur des moyens renforcés dans les quartiers populaires. A nous élus de terrain de susciter la réflexion au plus près du territoire en lien avec les différents partenaires signataires du contrat de ville, mais surtout avec les habitants, pour travailler dans la finesse exiger par la politique de la ville.

Nous aurions préféré disposer de plus de temps pour travailler le contrat de ville, puisque nous avions jusqu’au mois de juin pour le signer, mais les projets de territoires permettront de prendre ce temps d’échanges avec les habitants, les associations et les Centres Sociaux ainsi que tous les acteurs de la vie locale, pour réfléchir et co-construire ensemble dans une idée partagée de l’avenir et du devenir de nos quartiers. C’est le sens du vœu que nous avons déposé demandant d’assouplir le calendrier.

D’autre part, L’élaboration de ces projets de territoire ne serait pas possible sans les professionnels de terrain qui constituent les équipes de développement local et dont le travail est reconnu tant par les élus locaux que par les associations.
Aujourd’hui des inquiétudes existent pour de nombreux agents, notamment du fait de la fusion de l’ancienne DPVI au sein de la grande direction DDCT, dans une sous-direction où la politique de la ville est une simple mission. Nous devons être attentifs à ce que cette nouvelle configuration ne freine pas la réactivité des équipes de développement local et ne soit pas perçue comme un manque d’intérêt pour le travail réalisé. Là, comme dans l’ensemble des directions de la Ville, le processus de dé-précarisation doit être poursuivi et renforcé ce qui ne peut que favoriser l’investissement et l’implication des agents.

Réussir la ville, réussir les projets de territoire, réussir notre ambition d’habitants citoyen tel est notre volonté, faisons en sorte que la réalité y réponde.

Je vous remercie,

Publié le

16 mars 2015

Auteur-e-s