Rechercher sur le site

Déplacements urbains à vélo : prévention, sécurisation et éducation

Un chiffre : en 2016, 162 cyclistes ont été tués en France dans un accident de la route selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière. Et malheureusement ce chiffre a encore augmenté en 2017.

Fort de ce constat, le groupe communiste a fait adopter un vœu au conseil de Paris pour que la ville mette en place une campagne permanente de prévention, d’éducation et de sécurisation des déplacements à vélo et interpelle le gouvernement pour le financement des aménagements cyclables.

Le non-respect des espaces dédiés aux vélos et le stationnement régulièrement constaté entravant les pistes cyclables provoquent une insécurité croissante chez les cyclistes. Près de 10 225 contraventions ont été dressées pour circulations dans les couloirs et plus de 124 000 amendes ont été infligées pour stationnement dans les voies cyclables depuis janvier.

Des mobilisations citoyennes ont lieu pour dénoncer cette situation et défendre les pistes cyclables, je pense à la chaîne humaine qui s’est tenue le 13 avril dernier boulevard saint Denis à l’initiative de l’association Paris en selle. Par ailleurs, le mouvement citoyen « Mon vélo est une vie » soutenu notamment par La Fédération Française de Cyclisme (FFC), la Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT), La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) et Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP) ne cesse d’interpeller et d’agir en faveur du développement et de la sécurisation des déplacements à vélo.

Dans le vœu adopté par le conseil de Paris, nous demandons que la ville s’engage dans une campagne permanente de prévention et de sensibilisation au partage de la voie publique et au respect du code de la route par toutes et tous.

Nous demandons également que soit dispensée une heure de formation à vélo parmi les vingt obligatoires pour obtenir le permis de conduire.

Nous proposons que des activités de roulage à vélo pour les enfants et les élèves des écoles primaires et de ses collèges en mettant notamment à disposition un parc de vélos partagés destinés à cet apprentissage.

Enfin, nous interpellons le gouvernement pour qu’un fonds national vélo, doté d’au moins 200 millions d’euros par an, permette le cofinancement d’aménagements cyclables structurants, une revendication portée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB).

Publié le

4 mai 2018

Auteur-e-s