Rechercher sur le site

Des ambitions pour l’école du Breuil

Raphaelle Primet d’oppose au changement de statut de l’école du Breuil. Elle réclame des garanties sur les moyens accordés à l’école du Breuil et sur le programme de travaux à engager pour assurer l’avenir de l’école.

Retrouvez son intervention...

Madame la Maire, mes cher-es collègues,

La question du changement de statut de l’École Du Breuil, continue de nous préoccuper.

Madame Komitès, vous nous avez apporté un certain nombre d’éléments dans un courrier. Vous vous montrez rassurante sur l’avenir du statut des personnels. Nous sommes sceptiques. Le modèle de la régie personnalisée dotée d’une personnalité morale et d’une autonomie financière est celui de Paris Musées. Au regard des revendications des salarié-es de Paris musées, nous sommes loin d’être rassurés sur l’avenir des personnels de l’École.

Dans votre courrier vous ne nous répondez pas sur les travaux à engager à l’École. J’imagine que, comme nous, vous vous êtes rendue sur place. Vous n’avez pu faire autrement que constater la vétusté des locaux et le manque de moyens matériels pour tous les personnels ! Les 400 000 € inscrits au PIM pour l’entretien de l’École ne sont pas suffisants. Vous vous cachez toujours derrière les rapports pour justifier le changement de statut. Cependant, vous omettez de dire que rapport de l’Inspection générale de 2008 soulignait déjà que la question des travaux et de la mise en œuvre d’un projet pédagogique cohérent était bien plus urgente que celle du changement de statut.

Vous ne nous répondez pas non plus sur la question des moyens. Combien coûte l’École Du Breuil aujourd’hui ? Quelle sera la hauteur de la subvention qui lui sera accordée ? Sans ces garanties comment pouvons-nous croire que ce changement de statut ne cache pas une volonté de la Ville de faire des économies en abandonnant l’École ?

Cher-es collègues, pour comprendre ce qui se joue ici, je vous invite à rencontrer les personnels et professeurs de l’École Du Breuil. Vous verrez leur attachement à leur mission de transmission Vous verrez leur dévouement pour des élèves, souvent cassés par le système scolaire, qui retrouvent le goût d’apprendre. Des élèves qui mettent ensuite leurs compétences au service de Paris, de ses espaces verts, pour la rendre plus belle.

PDF - 102.4 ko

Publié le

7 février 2018

Auteur-e-s