Rechercher sur le site

Des choix budgétaires résolument à gauche

Le Conseil de Paris vient de débattre des orientations budgétaires pour l’année 2016.

Dans ce cadre, le groupe Communiste-Front de Gauche a porté 4 vœux pour pousser la Ville de Paris à faire des choix budgétaires résolument à gauche.

Notre premier vœu porte sur la volonté de lutter contre la spéculation immobilière. Alors qu’en Île de France, 20% des ménages vivent en surpeuplement dans leur logement et que 20 000 personnes passent leur nuit dans des centres d’hébergement, Paris compte pas moins de 100 000 logements vacants, 90 000 résidences secondaires et de nombreuses locations touristiques de courte durée de type « Airbnb » qui ne cesse de se multiplier. Le Conseil de Paris s’est engagé à soutenir notre proposition de taxer fortement les propriétaires de ces logements pour les inciter à les mettre en vente ou en location, augmenter l’offre dans une période de pénurie sans précèdent et ainsi contribuer à la baisse des prix.

Deux autres de nos vœux, dont les principes sont repris par un vœu de l’exécutif parisien, sont directement adressés à l’Etat.

Depuis 2014, le gouvernement n’a cessé de réduire la dotation globale de fonctionnement de la Ville, de 1.2 milliards à 600 millions d’euros pour l’année 2017. Nous demandons l’arrêt immédiat des baisses de dotation.

En 2003, L’Etat a transféré des compétences sociales, notamment le versement des Allocations Individuelles de Solidarité (RAS, APA, PCH), mais n’a jamais transféré les recettes nécessaires pour le financement des politiques sociales. En 2016, c’est une dette de plus de 1 milliards d’euros que l’Etat a accumulée envers la Ville. Nous demandons le remboursement de cette dette.

Enfin, en 2013 le gouvernement lançait le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE). Ce dispositif onéreux, 41 milliards d’€ sur la période 2013-2017 soit 160 000€ par emploi sauvegardé, est en partie financé par la réduction du soutien aux collectivités. Trois ans après le début de sa mise en œuvre, aucune indication n’a encore donné sur son efficacité dans notre ville qui accueille pourtant de nombreuses sociétés bénéficiaires. Voilà pourquoi La Ville de Paris va demander à l’Etat de créer un observatoire du CICE à Paris.

Notre quatrième vœu porte sur la lutte contre l’évasion fiscale. Chaque année, l’Etat perd entre 60 et 100 milliards d’€ à cause de l’évasion fiscale, une somme plus importante que le montant du déficit public prévisionnel pour 2016 qui s’élève à 72 milliards d’euros. Une réelle lutte contre l’évasion fiscale permettrait de financer les grands programmes d’investissement public (développement des transports collectifs, etc.) dont nous avons tant besoin pour la transition écologique. La Maire de Paris a entendu notre proposition et portera cette revendication au sein des organisations internationales de métropoles au sein desquelles la Ville de Paris siège à commencer par le C40 qu’Anne Hidalgo préside depuis l’été 2016.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

7 novembre 2016

Auteur-e-s