Rechercher sur le site

Des orientations budgétaires qui se construisent à gauche

Communiqué de presse

14 octobre 2015

La Maire de Paris vient d’annoncer, dans une interview donnée au journal Les Échos, qu’elle s’apprêtait à mettre en débat au Conseil de Paris l’augmentation des taux des droits de mutation, cette taxe dont s’acquitte tout acquéreur d’un bien immobilier.

Les élu-es du groupe communiste-Front de Gauche se réjouissent de cette décision qu’ils ont défendu à plusieurs reprises depuis l’élection de mars 2014 (cf. vœux du conseil de Paris de septembre 2014 et juin 2015). Ils feront tout pour qu’elle soit traduite dans le budget.

Paris est l’un des derniers départements de France à se saisir de cette opportunité. Les départements voisins, de droite comme de gauche, s’étaient déjà emparés de cette nouvelle recette dès que le gouvernement avait ouvert la possibilité de rehausser les taux de de 3,8 % à 4,5 %.

Cette mesure reposera sur la spéculation immobilière, véritable fléau pour Paris et ses habitants.

Alors que le gouvernement continue dans sa logique austéritaire. Pour mémoire : Il confirme dans la loi de finances la baisse de 250 millions d’euros la Dotation Globale de Fonctionnement pour Paris. Il accroit pour le budget parisien la part dédiée aux péréquations. Il renvoie aux calendes grecques la possibilité offerte à la ville de percevoir les recettes des amendes. Il ne donne toujours pas les nouvelles règles de la DGF.

Nous pensons qu’il est possible de continuer d’orienter la gestion de la ville de Paris bien à gauche, sans augmenter les impôts, si on mobilise toutes les recettes possibles en augmentant les taxes sur les logements et les bureaux vacants, sur les résidences secondaires et sur les locations temporaires…

Ces solutions sont dans les mains du gouvernement et du parlement.
Pour ce qui est des élus communistes front de gauche de Paris, les économies ne doivent en rien mettre à mal l’action de la ville en matière de service public de proximité, ni d’investissement dans les quartiers populaires.

Une première économie est toute trouvée, supprimer notre contrat avec les agences de notation, car sur l’augmentation des DMTO, qu’elles disent souhaiter, notre groupe l’avait proposé et ce à titre gracieux.

Groupe communiste-Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

14 octobre 2015

Auteur-e-s