Rechercher sur le site

Egalité femme/homme : une bataille continue

Communiqué de presse
17 mars 2015

Le groupe Communiste Front de Gauche se félicite de l’adoption de l’ensemble des délibérations en matière d’égalité femme-homme, portées par l’adjointe à la maire Hélène Bidard, membre de notre groupe.

Rappelons que les chiffres sont parlants : entre 2005 et 2013, il y a eu peu d’évolution dans les corps de métiers, en terme de mixité, regroupant ainsi les questions de l’accès des femmes aux postes de responsabilité et la problématique du temps partiel.
D’autre part, la ville doit être force de propositions pour l’égalité professionnelle dans le secteur privé : les salaires des femmes restent en moyenne de 25% inférieur au salaire masculin à poste et compétence égale, et leur retraite est en moyenne deux fois moindre et s’ajoute à cela la précarisation du parcours des femmes. La ville doit poursuivre ces actions dans les quartiers politiques de la ville avec des engagements clairs et des dispositifs d’ateliers sociolinguistiques, des formations ouvertes et qualifiantes dans un large panel de métiers. L’égalité professionnelle ne peut être atteinte sans un engagement fort de la part des entreprises.

De plus, il est nécessaire d’insister sur la pertinence et la nécessité des politiques d’égalité femmes-hommes auprès de la jeunesse. Dans le monde étudiant, d’après les chiffres des ministères de l’éducation nationale publiés en 2012, les filières littéraires sont composées à 79% d’étudiantes et les filières scientifiques ne sont composées que de 40% d’étudiantes. Le rapport de l’association « La Barbe » sur les pratiques sportives des femmes indique que les installations sportives de proximité sont utilisées quasi exclusivement par les garçons. Ce même rapport rappelle l’éviction par les filles de la sphère publique et leur désengagement dans le domaine sportif.

Ces « différences » dans les choix et les comportements des filles et des garçons impliquent en vérité des inégalités très fortes dans l’accès à l’espace public et aux loisirs, et préfigurent des inégalités professionnelles importantes.

Un objectif politique majeur de la Ville doit donc être de lutter contre les stéréotypes chez les jeunes.

La lutte contre les stéréotypes passe aussi par la lutte contre les publicités sexistes dans l’espace public parisien et en matière d’architecture et d’urbanisme pour que les femmes se sentent en confiance et sécurité dans l’espace public. Il était donc temps que Paris rentre en campagne contre le harcèlement de rue.

C’est un combat continu pour l’égalité femme/homme que nous devons mener et quelle belle symbolique aujourd’hui que la nomination d’un lieu dédié à l’accès aux droits des femmes en hommage à Simone Iff.

Le groupe Communiste Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

17 mars 2015

Auteur-e-s