Rechercher sur le site

Evacuation des migrants d’un campement du 10e : l’Etat doit réquisitionner les bâtiments vides pour augmenter l’offre d’hébergement à Paris

Communiqué de presse du 22 mai 2016

La préfecture de Police a procédé, vendredi 20 mai au matin, à l’évacuation d’un campement regroupant près de 200 migrants installés dans le 10e arrondissement de Paris. Cette nouvelle évacuation d’envergure, quelques jours seulement après les évacuations de 1 600 personnes au métro Stalingrad et près de 200 au lycée Jean Jaurès, souligne à nouveau la nécessité de renforcer considérablement l’offre d’accueil et d’hébergement.

Il est urgent que l’Etat rompe avec l’attentisme qui, depuis un an, fait se succéder les opérations d’évacuation de campement. Des solutions pérennes et adaptées ne sont proposées qu’à une partie seulement des migrants, les autres se retrouvant alors de nouveau à la rue, formant les noyaux de nouveaux campements.

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris portent des propositions concrètes pour remédier à cette situation. Jeudi dernier, des élu-es et militants communistes se sont rassemblés devant l’ancien bâtiment de la SERAP, situé au 191 quai de Valmy (10e), pour appeler l’Etat à réquisitionner ce bâtiment vide afin de le transformer en lieu d’hébergement.

Suite à l’adoption d’un vœu des élu-es communistes-Front de Gauche en Conseil de Paris en février dernier, la Ville de Paris s’est engagée à recenser les bâtiments vides parisiens, entrant dans le cadre de l’ordonnance de 1945 et de la loi de 1998, afin de permettre à l’Etat d’appliquer la loi de réquisition. Ils demandent aujourd’hui à la Ville de Paris d’accélérer le processus pour permettre l’application rapide de la loi.

Groupe des élu-es du Communiste-Front de Gauche de Paris

Publié le

22 mai 2016

Auteur-e-s