Rechercher sur le site

Ce budget confirme la volonté de privilégier l’investissement public

Ce budget s’inscrit dans une démarche qui va à l’encontre des choix gouvernementaux. Nous avons apporté notre pierre à l’édifice en ayant comme préoccupation : l’avenir de notre jeunesse, la prévention à l’égard des conduites à risques et les dérives extrêmes auxquelles certains sont sensibles. Nous continuons de penser que c’est en renforçant l’emploi public et la présence humaine que l’on peut le mieux répondre à l’attente des parisiens.

Retrouvez l’intervention de Nicolas Bonnet-Oulaldj

Madame la Maire
Mes cher-es collègues,

Je ne redirai pas ici, le contexte qui a marqué notre discussion budgétaire, beaucoup y sont revenus.

Nous avons pu constater qu’il y a un gouffre entre les propositions de la majorité et celles de l’opposition de droite.

Nous avons eu trois objectifs clairs dans la préparation de ce budget.
Premièrement continuer à dénoncer la politique nationale du gouvernement qui continue de pressurer les finances locales et qui maintient, contre vent et marées électorales, le cap de l’austérité.

J’en veux pour exemple le chiffre de l’augmentation du SMIC au premier janvier qui n’est qu’une aumône alors que le pouvoir d’achat de nos concitoyens est en berne.
Que ce soit sur les DMTO, ou les taxes sur les logements ou bureaux vacants, que nous avons continué de porter ici comme au parlement, nous n’abandonnons pas notre quête pour trouver de nouvelles recettes. De l’argent il y en a à Paris, encore faut il vouloir aller le chercher.

La deuxième c’est de répondre aux préoccupations des parisiens, réaliser notre programme, tout notre programme.

Ian Brossat a cette année créé plus de 10 000 logements à Paris, dont une très grande part de logements sociaux. Il a mis en place des projets innovants qui ont tous pour but de lutter contre la spéculation immobilière et favoriser une plus grande mixité sociale dans notre ville.

Et je comprends que cela vous dérange Monsieur Goasguen cela ne vous autorise pas à transgresser les règles de la courtoisie et de la décence.

Jacques Baudrier avec Colombe Brossel qui ont travaillé à ce que 25% de notre investissement concerne les quartiers populaires et en particulier ceux qui sont en politique de la ville, rattrapant l’abandon des années de gestion de droite qui a méprisé ces quartiers. Nous nous félicitons par exemple de l’autorisation de programme pour une halle alimentaire dans le 14 ème arrondissement.

Catherine Vieu Charier et Hélène Bidard qui vont pouvoir porter les dossiers qui nous mettent en lien avec le tissu associatif indispensable à la vie démocratique de notre cité ; leurs domaines d’interventions sont essentiels, en cette période, où il est nécessaire d’affirmer les valeurs de notre République et de son histoire.

Nous souhaitions aussi que le budget participatif soit renforcé en direction des populations des quartiers les plus populaires et que l’on soit attentif à accroître leur participation à la délibération collective. Ce sera chose plus aisée en aidant les associations qui interviennent dans ces territoires.

Enfin troisièmement, nous avions souhaité que l’on travaille à un plan qui réponde à l’envie des parisiens de s’engager et de maitriser les gestes de premier secours et aussi à aider les plus jeunes à mieux comprendre les enjeux du monde qui les entourre.
C’était le sens de notre amendement « tous et toutes secouristes à Paris » dont nous sommes heureux que notre contribution ait servi d’ossature au vœu de l’exécutif en la matière.

Ce plan comprend aussi évidemment des mesures pour la protection de bâtiments ouverts au public et en particulier ceux qui concernent l’enfance et une meilleure protection des agents au contact de la population. Nous souhaitions que le volet prévention et éducation ne soit pas absent de notre budget.

C’était aussi le souhait que nous portions de pérenniser le dispositif d’appel à projets « citoyenneté laicité et valeurs de la république » et qu’il soit abondé.
Car nous pensons que nos concitoyennes et nos concitoyens soient plus et mieux formés et informés pour décrypter les enjeux de société et qui mieux que l’Éducation Populaire peut y répondre.
Comme nous avons agi, pour que dans les meilleurs délais, soit ouvert un lieu anonyme et gratuit où les jeunes pourraient aborder avec une équipe de professionnels pluridisciplinaires, l’ensemble des comportements à risques. Notre vœu a désormais le soutien de la majorité de notre assemblée.

Nous avons obtenu satisfaction sur ce point, comme sur le renforcement des politiques d’aide à l’emploi pour les populations les plus éloignées du retour au travail.
Sur le personnel nous demandions la création de 40 postes à la DPE et à la DFPE nous avons été suivi par l’exécutif pour les ¾ de notre demande c’est un premier pas.
Nous continuons de penser que c’est en renforçant l’emploi public et la présence humaine que l’on peut le mieux répondre aux attentes des parisiens y compris en matière de sécurité.

Nous étions conscients que sur la carte Navigo Améthyste Emeraude et la tarification du stationnement, la marche était haute.

Mais nous devons comme élu-es de gauche de regarder comment nos décisions sont appréciées et comment nous pouvons en corriger les aspects les plus négatifs lorsque ces décisions entrainent, qu’on le veuille ou non, une réduction du pouvoir d’achat pour les parisiens.

Nous serons attentifs aux évolutions sur ces sujets dans les prochains mois.
Bien entendu nous aurions préféré que l’on aille plus loin sur la politique en direction des Mineurs isolés étrangers mais, le droit de revoyure existe et nous verrons si les prévisions budgétaires correspondent à la réalité.

Si le gouvernement ne change pas de politique en direction des collectivités locales, il y a fort à parier que cela deviendra de plus en plus difficile de continuer d’investir, de continuer de créer de l’emploi public et d’avoir une politique volontariste en matière de logement.

Nous faisons pourtant le pari que c’est ainsi que doit se construire un pacte à gauche pour notre ville.

Contrairement à la droite qui additionne les dépenses et ne fait jamais de proposition de recettes nouvelles, si ce n’est en coupant dans les dépenses de personnel.
Nous, nous avons tenté de tenir les deux bouts, trouver de nouvelles recettes et réorienter certaines dépenses. Nous y sommes parvenus en partie.

Nous voterons donc ce budget et nous serons attentifs à sa bonne exécution.
Je tiens au nom de mon groupe à remercier l’ensemble de l’exécutif et l’administration de notre ville ainsi que tous les agents qui auront en charge de le mettre en œuvre.

Je vous remercie.

Publié le

18 décembre 2015

Auteur-e-s