Rechercher sur le site

Exposition Universelle 2025 : histoire et héritage

Tout en rappelant l’Histoire de Paris et de l’Exposition universelle, Sergio Tinti rappelle l’importance que les grands évènements internationaux soient pensés comme pour les populations. L’héritage doit commander la conception du projet Français pour l’Exposition universelle 2025.

Madame la Maire, mes cher-es collègues,

Décidemment, les grands projets auxquels prend part Paris, aux côtés d’autres partenaires institutionnels, sont placés sous le signe du partage, valeur de solidarité qui nous est chère.

Après le « Venez partager » de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, voilà une nouvelle « invitation à partager » lancée le 22 novembre dernier, celle de l’Exposition universelle 2025.
La France, et singulièrement Paris possède une histoire commune avec l’Exposition universelle.
Les Expositions universelles de 1855, de 1867, de 1878, de 1889 et de 1900, ou encore l’Exposition internationales des arts et techniques appliqués à la vie moderne se sont déroulées à Paris. Faut-il encore rappeler que de ce destin commun est née, la tour Eiffel.

L’académicien Erik Orsena parle en ces termes du projet d’Exposition universelle en France : « Il faut réveiller la folie de la France ». Cette « folie » dont il parle, je l’entends comme une redynamisation des atouts de notre pays. Et ils sont nombreux : un patrimoine culturel sans égal, une capacité d’innovation et un artisanat déjà reconnu mondialement.

Ce sont d’ores et déjà les mots d’ordre identifiés par l’association ExpoFrance 2025, je m’en réjouis. Nous avons d’ailleurs identifié ces leviers dans la politique municipale que nous menons depuis 2014. Il y a même un sujet qui nous a occupé en ce début de conseil : le renforcement de la vitalité commerciale de Paris. Et l’artisanat est l’un des principaux secteurs à soutrenir. C’est, je le rappelle, le sens du rapport de la MIE que mon ami et camarade Nicolas Bonnet Oulaldj a présidée, et du label « fabriqué à Paris ».

A ce stade, le budget du projet s’élèverait à 3 milliards d’euros. La simulation macro-économique commandée par l’association ExpoFrance 2025 table sur une fréquentation de 40 à 60 millions de visiteurs et fait état de retombées économique de plus de 23 milliards d’euros, de 160 000 emplois durables et une progression de notre PIB de 0.5%. J’en serai bien évidemment le premier ravi mais permettez-moi d’avoir un regard interrogatif sur cette étude prospective. Il est des éditions de l’Exposition universelle pour lesquelles les prévisions se sont avérées justes, mais il est aussi des éditions où la participation a été bien inférieure aux espérances affichées.

Bien sûr il n’est pas interdit d’être optimiste, la France, même en dehors de tout évènement d’une telle ampleur, reste le premier pays touristique au monde. De plus, nous apprenons selon l’INSEE que le tourisme repartait à la hausse après une année noire. Cette tendance laisse présager, avec la prudence qui s’impose, que la fréquentation sera au rendez-vous.

Au-delà des perspectives économiques, nous serons attentifs à l’héritage et à la durabilité des investissements effectués si nous sommes désignés. Comme tous grands projets, l’humain doit non seulement être pris en compte mais être mis au cœur du projet. Les déclarations de M. Fromentin, qui préside l’association ExpoFrance 2025 vont dans ce sens mais cela ne doit pas rester que des déclarations. Nous y serons particulièrement vigilants.

Je vous remercie.

Publié le

18 mai 2017

Auteur-e-s