Rechercher sur le site

Exposition sur le Front Populaire : " servons nous de cette hsitoire pour construire notre présent "

Séance du Conseil de Paris des 17 et 18 mai 2016

Bien entendu notre groupe se félicite de ce partenariat tant avec la RATP qu’avec Radio France et le Musée d’histoire vivante de Montreuil.

Les photos des plus grands photographes du 20ème siècle Capa, Ronis, Doisneau, Cartier Bresson ont durablement imprimé notre imaginaire.

Mais rappeler l’histoire du Front Populaire ne suffit pas, sauf si l’on s’en sert pour construire le présent.

Au moment ou un Premier Ministre s’adressant à André Chassaigne a eu cette formule odieuse et méprisante : « les communistes se trompent depuis 100 ans ».
Permettez-moi de vous relire quelques passages d’un discours que certains reconnaitront certainement.

Il fut prononcé le 6 juin 1936 à la tribune de la Chambre des Députés :
« Le peuple français a manifesté sa décision inébranlable de préserver contre toutes les tentatives de la violence ou de la ruse les libertés démocratiques qui ont été son œuvre et qui demeure son bien. Il a affirmé sa résolution de rechercher dans des voies nouvelles les remèdes de la crise qui l’accable, le soulagement de souffrances et d’angoisses que leur durée rend sans cesse plus cruelles, le retour à une vie active, saine et confiante. Enfin, il a proclamé la volonté de paix qui l’anime tout entier.
Il possède d’avance sa confiance et l’unique problème qui se pose pour lui sera de la mériter et de la conserver. Il n’a pas à formuler son programme. Son unique problème sera de le résoudre en actes. Dès le début de la semaine prochaine, nous déposerons sur le bureau de la Chambre un ensemble de projets de

- L’amnistie,
- La semaine de quarante heures,
- Les contrats collectifs,
- Les congés payés,
- Un plan de grands travaux
- La nationalisation de la fabrication des armes de guerre
- L’office du blé
- La prolongation de la scolarité
- Une réforme du statut de la Banque de France.

Sitôt ces mesures votées, nous présenterons au Parlement une seconde série de projets visant notamment le fonds national de chômage, l’assurance contre les calamités agricoles, l’aménagement des dettes agricoles, un régime de retraites garantissant contre la misère les vieux travailleurs des villes et des campagnes. À bref délai, nous vous saisirons ensuite d’un large système de simplification el de détente fiscale, ne demandant de nouvelles ressources qu’à la contribution de la richesse acquise, à la répression de la fraude, et surtout à la reprise de l’activité générale.

Tandis que nous nous efforcerons ainsi, de ranimer l’économie française, de résorber le chômage, d’accroître la masse des revenus consommables, de fournir un peu de bien-être et de sécurité à tous ceux qui créent, par leur travail, la véritable richesse, nous aurons à gouverner le pays.

Si les institutions démocratiques étaient attaquées, nous en assurerions le respect inviolable avec une vigueur proportionnée aux menaces ou aux résistances.

Nous sommes des socialistes, mais le pays n’a pas donné la majorité au parti socialiste. II n’a même pas donné la majorité à l’ensemble des partis prolétariens. Il a donné la majorité au Front populaire.

Nous sommes un Gouvernement de Front populaire, et non pas un Gouvernement socialiste. Notre but n’est pas de transformer le régime social, ce n’est même pas d’appliquer le programme spécifique du parti socialiste, c’est d’exécuter le programme du Front populaire. »

Ceci pour vous et nous rappeler qu’il y a des femmes et des hommes politiques pour qui être de gauche cela veut encore dire quelque chose.

Je vous remercie

Publié le

17 mai 2016

Auteur-e-s