Rechercher sur le site

Extension du travail dominical : Mme Kosciusko-Morizet déclare la guerre aux salarié-e-s de Paris

Communiqué de Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, mercredi 10 avril.

Dans une interview au Figaro ce matin, Mme Kosciusko-Morizet présente quelques-unes de ses propositions en vue des élections municipales.

La députée de l’Essonne a beau se présenter en chantre de la modernité, en réalité, elle n’innove pas, elle ressasse. Elle reprend ainsi une vieille lubie de l’UMP : l’ « extension des zones touristiques, notamment dans l’est et le nord de Paris », c’est-à-dire l’extension du travail dominical.

Cette proposition est une triple faute.

Une faute car Mme Kosciusko-Morizet semble ignorer qu’il existe déjà, à Paris, 7 zones touristiques, c’est-à-dire 12 000 à 15 000 commerces, cafés, restaurants ouverts tous les dimanches, soit davantage qu’à Berlin, qui a fait le choix de retreindre les ouvertures dominicales de 10 à 8 par an.

C’est aussi une faute sociale, une déclaration de guerre au monde du travail : les salariés du commerce, et en particulier celles des grandes enseignes, sont très majoritairement des femmes, ayant un niveau de salaire très bas et souvent des contrats à temps partiel.

C’est enfin une aberration économique, alors même que toutes les études prouvent qu’une extension du travail dominical nuirait au petit commerce, ce qui explique l’opposition répétée de la Chambre des Métiers comme de la Fédération de l’Habillement à l’extension des zones touristiques à Paris.

Décidément, croyant porter la modernité, Mme Kosciusko-Morizet ne fait que recycler les vieux rêves de Mme Thatcher.

Publié le

10 avril 2013

Auteur-e-s