Rechercher sur le site

FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES : HEBERGEMENT ET ACCES AU LOGEMENT 1ère délibération du groupe PCF/FDG porté au prochain Conseil de Paris

Communiqué de presse
2 Février 2015

En France chaque année, 216 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel. En 2013, 129 ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. À Paris, ce sont 10 femmes qui ont été assassinées par leur conjoint entre 2010 et 2013. Le 3919 « Violences femmes info » a recueilli 916 appels parisiens pour « violences conjugales ».
Expression ultime de multiples formes de domination masculine, ces violences constituent des atteintes intolérables à leur intégrité et à leur dignité et une violation des droits fondamentaux.

Les élus communistes se sont toujours mobilisés aux côtés des associations féministes. Il était donc naturel et évident que notre première délibération soit sur ce sujet.
Actuellement, le nombre de places en centre d’hébergement est insuffisant et inexistant pour les femmes handicapées. Paris est en retard : il faut plus de place et les réponses doivent être cohérentes et adaptées aux différentes situations. C’est une revendication des associations spécialisées.
Nous allons porter lors du prochain conseil de Paris une délibération qui permet :
- La création de 60 places en CHRS, 60 places en résidence sociale et la mobilisation de 50 logements, pour que chaque femme puisse retrouver une réponse conforme à son droit à la réparation.
- Une prise en compte de la situation des femmes victimes de violences lors d’échange de logement ainsi que la prise en compte du dépôt de main courante lors du système de cotation.
- Une réduction du délai minimum d’inscription au fichier des demandeurs de logement social lors de l’Accord Collectif Départemental.

Et enfin, à terme nous espérons la création d’un lieu unique qui permettra une prise en charge pluridisciplinaire, co-responsable, cordonnée et qui pourrait éviter aux victimes fragilisées de se déplacer en organisant un accueil et une prise en charge dans un lieu unique.

L’Observatoire parisien des Violences faites aux Femmes, dont nous espérons la création concrète le plus rapidement possible, aura pour mission de rendre plus visible le phénomène et c’est pour cette raison que nous avons demandé cette délibération. Celle-ci sera un véritable point d’appui pour l’action des associations et l’ensemble des professionnels sur le territoire parisien.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste – Front de Gauche
au Conseil de Paris

Publié le

2 février 2015

Auteur-e-s