Rechercher sur le site

Fermeture des urgences de l’Hôtel Dieu : un coup de poignard contre les Parisiens

Communiqué de Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, mardi 14 mai 2013.

La direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce ce mardi que les urgences de l’Hôtel-Dieu, plus ancien hôpital de France, qui accueille 40 000 patients par an, fermeront le 4 novembre.

Il est stupéfiant que cette décision soit prise sans la moindre concertation avec les élus, les habitants et les personnels qui se mobilisent depuis des mois pour sauver cet hôpital du centre de Paris.

Cette décision unilatérale guidée par les seuls intérêts financiers est un coup de poignard contre les Parisiens et contre le droit à la santé.

La politique d’austérité du gouvernement trouve ici une traduction concrète.

Il est particulièrement malheureux que Jean-Marie Le Guen, adjoint au Maire de Paris chargé de la Santé, n’ait rien fait, rien entrepris, pour empêcher cette fermeture. Pire encore, depuis des mois, il prépare les esprits à cette décision en allant jusqu’à inventer le concept fumeux d’ « hôpital debout ».

A ce compte-là, les hôpitaux n’auront bientôt pour seule mission que d’accueillir des Parisiens en parfaite santé.

Ce qui se profile, c’est un désert sanitaire au cœur de Paris. Les élus du Front de Gauche se mobiliseront jusqu’au bout pour défendre l’Hôtel Dieu et l’hôpital public à Paris.

Publié le

14 mai 2013

Auteur-e-s