Rechercher sur le site

Forte mobilisation contre la réforme des rythmes scolaires

Manifestation des enseignants en intersyndicale, le 19 décembre 2012 entre la Sorbonne et l’Hôtel de Ville, pour une véritable concertation et contre la réforme des rythmes éducatifs. Ian Brossat, Emmanuelle Becker et Danielle Simonnet ont participé à la manifestation.

Retrouvez l’intervention d’Emmanuelle Becker lors du Conseil de Paris de décembre 2012 sur l’école, en cliquant ici

Cliquez sur l’image pour lancer le diaporama.

Ci-dessous, retrouvez la question écrite de Pierre Laurent, sénateur PCF de Paris sur la question des rythmes éducatifs

Monsieur Pierre LAURENT attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans le 1e degré notamment à Paris.

En effet, celle-ci telle qu’elle est annoncée suscite une forte hostilité de nombre d’enseignants parisiens.

Alors qu’ils attendaient une réforme globale dans le cadre d’une refondation du système éducatif, ils estiment le projet ministériel sur la semaine scolaire, en se contentant de rajouter une demi-journée par semaine tout en allégeant de 30 minutes en moyenne les quatre jours existants actuellement, n’améliorerait en rien les conditions d’apprentissages des élèves et n’aurait donc aucune chance d’améliorer leur réussite scolaire.

Ils soulignent qu’une réforme aussi complexe d’une telle ampleur doit être minutieusement préparée et correctement financée pour améliorer concrètement le fonctionnement de l’école ce qui du fait du manque de moyens matériels et humains ne semble pas le cas.

Dans l’état actuel des choses ils estiment que ce projet, qui de plus ne prévoit aucune revalorisation salariale, ne peut être mené à bien.

Le Maire de Paris, quant à lui, craint de ne pas disposer de moyens financiers suffisants pour participer de manière satisfaisante à la mise en œuvre de cette réforme.

En tout état de cause l’ensemble des syndicats parisiens souligne le manque de concertation sur ce dossier et demandent à ce que celle-ci s’établisse réellement et immédiatement tant du point de vue de l’Etat que de la Ville de Paris. Au vu de l’ensemble de ces éléments ils exigent qu’aucune modification des rythmes scolaires n’intervienne à Paris à la rentrée 2013.

Il lui demande quelles réponses il compte apporter à l’ensemble des points soulevés.

Paris, le 19 décembre 2012

Pierre LAURENT, Sénateur Communiste de Paris

Publié le

19 décembre 2012

Auteur-e-s