Rechercher sur le site

Frigide Barjot n’a rien à faire dans un logement social

Communiqué de Ian Brossat, Président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, jeudi 20 juin.

Alors que Frigide Barjot et son époux ont été sommés de quitter leur logement de la RIVP, qu’ils occupent indûment. Mme Barjot ose affirmer qu’il faut y voir le signe « d’une répression politique grave ».

Ses propos sont scandaleux, déplacés et constituent une provocation sans nom vis-à-vis des dizaines de milliers de Parisiens en attente d’un logement social.

C’est la raison pour laquelle j’avais alerté la direction générale du bailleur, dès le 16 avril dernier, sur cette situation.

La procédure engagée par la RIVP est parfaitement légitime.

L’opération de victimisation outrancière engagée par Mme Barjot ne saurait donc faire illusion.

Publié le

20 juin 2013

Auteur-e-s