Rechercher sur le site

Gratuité des transports pour les jeunes, une belle victoire pour les familles

Cette délibération répond à une demande portée par notre groupe à de nombreuses reprises devant ce conseil. Nous avions proposé des mesures de gratuité pour les jeunes en juin, en novembre, puis en décembre 2018. Après avoir obtenu des mesures de gratuité partielle pour les aînés en 2015, nous en obtenons pour les jeunes en 2019.

Retrouvez l’intervention de Nicolas Bonnet Oulaldj

Monsieur le Maire,

Je vais commencer par une citation : "outre qu’elle répond également à l’urgence sociale et écologique, la gratuité offre le moyen de terrasser les quatre cavaliers de l’apocalypse qui menacent l’humanité et la planète : marchandisation, monétarisation, utilitarisme et économisme". En citant Paul ARIÈS et son éloge de la gratuité, je me félicite de cette délibération, qui offre des mesures de gratuité dans les transports en commun pour les jeunes Parisiens et Parisiennes.

Cette délibération répond à une demande portée par notre groupe à de nombreuses reprises devant ce conseil. Nous avions proposé des mesures de gratuité pour les jeunes en juin, en novembre, puis en décembre 2018. Après avoir obtenu des mesures de gratuité partielle pour les aînés en 2015, nous en obtenons pour les jeunes en 2019.

C’est une belle victoire pour les familles de Paris, qui ont tant de difficultés à rester vivre et travailler dans notre ville, étranglées par la spéculation immobilière. C’est une belle victoire qui conjugue les enjeux sociaux et écologiques. C’est une belle victoire pour l’avenir, car ces jeunes auront ainsi le réflexe d’utiliser les transports en commun. C’est permettre à ces jeunes de construire une société dans laquelle les transports collectifs sont un bien commun accessible à tous.

Car agir pour la gratuité des transports, c’est définir les transports en commun comme collectivement disponibles, parce que collectivement payés.

C’est sans doute cette dimension d’effort collectif et de disponibilité collective, qui explique l’opposition philosophique de Mme PÉCRESSE au tout gratuit dans les services publics. Pour nous, communistes, membres d’une majorité de gauche, proposer la gratuité, c’est refuser de rejeter sur l’individu le prix des transports, c’est offrir une réponse collective au besoin de mobilité des Parisiens.

La gratuité des transports en commun libère les usagers de leur prix payé individuellement, mais pas de leur coût assumé collectivement. Aujourd’hui, les usagers ne payent que 27 % du coût des transports en commun. J’entends là aussi les critiques de la droite qui affirme qu’il est impossible de prendre en charge collectivement ce coût. Lorsque nous demandions le pass Navigo unique, on nous a d’abord répondu que ce financement était impossible. Nous l’avons pourtant gagné.

Il en va de même pour la gratuité des transports en Ile-de-France. Nous pouvons gagner cette bataille en mobilisant des financements via une décision de l’Assemblée nationale pour augmenter le versement transport des territoires les plus aisés. D’autres pistes de travail sont envisageables : baisse de la TVA sur les transports, taxe sur les bureaux et les parkings des hypermarchés. Les communistes sont force de propositions et ne cessent de faire des propositions en matière de fiscalité.

De fait, la gratuité des transports est un horizon qui doit permettre, à terme, une très forte augmentation de l’utilisation des transports en commun à Paris. Ainsi, la réalisation du Grand Paris Express et du plan de mobilité et de mobilisation des transports nous permet d’envisager l’horizon de la gratuité totale des transports en commun. Le développement du réseau des transports en commun permettra d’absorber les flux d’usagers engendrés par la gratuité des transports.

C’est d’abord le développement de l’offre de transport public qui permettra de faire reculer la voiture individuelle et de modifier le périphérique. Nous en avons débattu en début de semaine.

Penser la gratuité des transports en commun nous oblige également à regarder plus globalement la question des mobilités sur notre territoire. Vous nous proposez dans cette délibération d’accompagner les mesures de gratuité par la gratuité du service Vélib’ pour les plus jeunes. Nous voyons cela d’un bon œil. Il est important de penser les conséquences de gratuité sur les mobilités douces et les mobilités actives. Nous voterons pour ces mesures. Elles sont pour nous une marche vers la gratuité totale des transports en commun, car la gratuité des transports en commun est la traduction de la volonté politique qui vise une société solidaire et égalitaire. C’est la traduction en actes de l’adage de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins.

Cette mesure phare marquera notre mandat, auquel le groupe communiste aura contribué au même titre qu’il y a plusieurs années, lorsque nous avons remunicipalisé Eau de Paris, et réduit la facture pour les Parisiens. Faire de Paris une ville moins chère pour chacun, pour que chacun puisse rester vivre et travailler à Paris, voilà l’esprit qui nous anime. Voilà l’un des grands clivages que nous avons avec la droite. Je vous remercie.

Publié le

14 juin 2019

Auteur-e-s