Rechercher sur le site

Hélène Bidard rend hommage à Maya Sturduts

Nous avons eu la chance de côtoyer et de connaître cette militante féministe de tous les combats qu’a été Maya Sturduts. Notre tristesse a été grande le 13 avril dernier, lorsque nous avons appris sa disparition. Toute sa vie, Maya aura mené la lutte contre les inégalités, la précarité des femmes, le droit à l’avortement ou l’abolition du système prostitutionnel. Hélène Bidard lui a rendu un dernier hommage. Retrouvez son intervention.

Je remercie les groupes Communiste et Ecologiste d’attirer l’attention du Conseil de Paris sur la vie passionnante de Maya Surduts, que nous avons eu la chance de côtoyer et de connaître et la très grande tristesse de voir disparaître le 13 avril dernier à Paris.

Pas une manifestation, pas un rassemblement sur le parvis parisien, sans que les féministes ne soient derrière Maya Surduts, toujours au premier rang dans l’action, énergique dans les cortèges du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, du 25 novembre, contre les violence faites aux femmes, et dans toutes les autres mobilisations pour les droits des femmes qu’elle savait organisé avec ses camarades du collectif national du droit des femmes.
Elle était présente dans toutes les luttes pour rappeler encore la nécessaire prise en compte de l’égalité entre les femmes et les hommes et le développement d’un féminisme imprégné des luttes.

La lutte pour le droit à l’avortement a été l’un de ces premiers engagements, elle était celle qui dénonçait l’action de tel ou tel commando anti IVG. Elle détectait le moindre dispositif législatif susceptible de porter atteinte aux droits des femmes, qui lançait sans cesse de nouvelles idées pour mettre fin aux violences machistes.
Maya Surduts rappelait toujours l’importance de la convergence des luttes, si bien illustrée dans les grèves de 1995 lorsque les cheminots rejoignirent les féministes dans la rue le 25 novembre, permettant ensuite la naissance du C.N.D.F.
Elle a mené le combat féministe jusqu’au bout : aux côtés des militantes féministes tonnant contre les conséquences de la Loi Macron pour les femmes précaires ; à l’automne, organisant un rassemblement de solidarité avec les femmes exilées sur le parvis de l’Hôtel de Ville ;. Een février, à l’Assemblée Nationale, aux assises contre la GPA avec Suzy ROJTMAN ; en mars au Sénat pour fêter les 60 ans du planning familial aux côtés de ses camarades éluesdes luttes fondatrices du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. À et de la CADAC, Coordination des associations pour le droit à l’avortement et la contraception ; jusqu’en avril, où elle s’est réjouie de l’adoption de la loi pour l’abolition du système prostitutionnel.
Pour Maya Surduts, la révolution ne pouvait se faire sans les femmes et les femmes ne pouvaient s’émanciper sans se battre dans le même temps contre le système patriarcal. Elle y a consacré sa vie dans un militantisme acharné avec tant d’abnégation personnelle et d’énergie.

Un premier hommage lui sera rendu avec le concours de la Ville de Paris le 25 juin prochain. Je donne bien évidemment un avis favorable à vos vœux prévoyant les autres hommages futurs de la Ville à cette grande dame, féministe, femme en lutte et combattante des droits humains.

Je dois dire que je ne l’ai pas citée, mais il est vrai qu’elle connaissait les arcanes de la Préfecture de police par cœur pour avoir déposé tellement de demandes de manifestations et de rassemblements. Je pense qu’on l’associera également à ces hommages. Cela l’aurait beaucoup amusée.

Je vous remercie beaucoup, en tout cas, de nous avoir permis d’évoquer la personnalité de Maya ici.

Retrouvez le vœu adopté par le Conseil de Paris