Rechercher sur le site

Hirsh et les 35 heures : mauvais diagnostique, mauvais remède

Communiqué de presse
20 mai 2015

Selon Martin Hirsch, directeur général de l’APHP, la réorganisation des rythmes de travail avec la fin des 35h et la suppression des RTT, serait la solution miracle aux problèmes que les personnels hospitaliers ne cessent de dénoncer depuis des années.

C’est une provocation inacceptable que nous condamnons au moment où les budgets ne cessent d’être réduits.

Rappelons que le gouvernement prévoit de réaliser une économie de 825 millions d’euros sur l’hôpital en 2015, soit 22 000 postes à supprimer au niveau national. Ce plan d’austérité appliqué à l’AP-HP consiste à réduire les dépenses de 20 à 25 millions d’euros.

A cela s’ajoute le désengagement de l’État sur l’investissement public. Ainsi l’APHP ne pourra moderniser son offre hospitalière qu’au prix de la fermeture d’hôpitaux et de la fusion de services. de quoi renforcer nos inquiétudes sur le projet de soins amoindri de l’Hôtel Dieu (4e), l’Hôpital de Lariboisière (10e) qui risque d’être amputé du tiers de ses locaux, les Hôpitaux de Bichat (18e) et de Beaujon (Clichy) qui doivent s’effacer pour faire place au projet présidentiel d’Hôpital Nord au détriment de l’offre de soin à Paris.

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris apportent leur soutien aux personnels et appellent à une grande mobilisation pour la santé à Paris.

Nous exigeons de suite l’application d’un de nos engagements de campagne aux côtés d’Anne Hidalgo : l’organisation d’assises parisiennes de la santé, réunissant institutions, professionnels soignants et usagers.

L’amélioration significative de notre système de soins doit passer par la création de postes et la titularisation des 10 000 précaires de l’APHP.

Des richesses existent dans notre pays, il faut aller les chercher : taxer les revenus financiers, lutter contre la fraude patronale aux cotisations sociales, revenir sur les multiples exonérations ou moduler la participation des employeurs selon leur politique salariale sont tout autant de pistes que le gouvernement préfère malheureusement écarter aux dépends de notre santé.

A Paris, cela permettrait notamment de reconstruire sur son site l’hôpital Bichat, de transférer l’ensemble des services de l’hôpital Fernand Widal vers le nouvel Hôpital de Lariboisière, de proposer une offre de soin moderne à l’Hôtel Dieu.

Nicolas Bonnet Oulaldj
Président du groupe communiste-Front de Gauche
au Conseil de Paris

Publié le

20 mai 2015

Auteur-e-s