Rechercher sur le site

INTERVENTION SUR L’INSTAURATION D’UN DROIT DE PETITION

INTERVENTION D’EMMANUELLE BECKER

Monsieur le Maire, chers Collègues,

La délibération qui nous est proposée aujourd’hui met en œuvre un principe auquel cette majorité municipale a toujours cru.

*

C’est l’occasion pour la ville de Paris de prendre clairement parti pour une conception ouverte du pouvoir contre les tentations de clôture et d’étouffement à l’œuvre aujourd’hui au sommet de l’Etat. C’est en effet ainsi que nous garantirons un exercice quotidien de la démocratie. La volonté de nos concitoyens, et tout particulièrement à Paris, de participer au débat public est constante dans l’histoire, ne serait-ce que depuis la révolution française. Cette volonté n’a pas faiblie, comme l’ont montré la campagne pour le referendum européen ou les mouvements anti-CPE de 2005.

Force est de constater, cependant, que la voix du peuple ne couvre que par intermittences le brouhaha du pouvoir. On entend de plus en plus de responsables politiques qui prétendent s’affranchir de cette respiration populaire. Entre deux élections, il faudrait retenir son souffle. On se souvient de la phrase de Jean-Pierre Raffarin : « ce n’est pas la rue qui gouverne. » Mais il y en a d’autres : « vous m’avez élu pour cela », « rendez-vous dans cinq ans », « laissez-nous gouverner », « quand il y a une grève, personne ne s’en aperçoit »… Il y a là deux conceptions de la démocratie qui s’affrontent : une démocratie permanente d’un côté, une démocratie exclusivement confisquée par un pouvoir égocentrique, de l’autre.

Je m’en voudrais de ne pas vous citer Robespierre pour qui, vous le savez le « droit de pétition est le droit imprescriptible de tout homme en société. » Il disait aussi ceci, qu’il nous importe de méditer en pleine crise économique et sociale : « plus un homme est faible et plus il a besoin du droit de pétition ».

Vous le comprenez, pour le Groupe Communiste, cette délibération instaurant un droit de pétition pour les habitants majeurs parisiens porte en elle un espoir démocratique auquel nous sommes tout particulièrement attachés. C’est pourquoi nous nous réjouissons de la persévérance de la municipalité qui s’inscrit dans la continuité de la création des conseils de quartier, de la création des conseils de la jeunesse, de l’invention d’un conseil de la citoyenneté des Parisiens non communautaires, des consultations sur la ZAC Rive Gauche ou le réaménagement des Halles.

*

Mais vous comprendrez également notre plus extrême vigilance en ce qui concerne la viabilité autant que l’efficacité de ces nouveaux outils d’expression démocratique. Nous pensons que la ville de demain doit être élaborée conjointement par les Parisiens et leurs élus – et que pour cela, il faut mettre à la disposition des habitants de notre ville des moyens qui leur permettent de s’approprier ces nouveaux espaces de débats et d’initiatives. La démocratie doit être quotidienne, elle doit être également active, accessible et autonome. C’est à ce titre que la participation des Parisiens aux grandes décisions de la Ville sera vraiment effective.

Il y a de grandes attentes des Parisiennes et des Parisiens en ce qui concerne la culture, l’éducation, la jeunesse, l’environnement – et un grand désir de leur part de s’impliquer au niveau de la ville, des arrondissements et des quartiers. C’est pourquoi il faut que les nouvelles structures de participation démocratique soient les plus lisibles possibles et qu’elles puissent toucher toutes les couches de la population parisienne. Il y aura un véritable effort de communication à faire en la matière, mais pas seulement.

Comme le groupe Les Verts, le groupe Communiste s’interroge en effet sur le seuil de 5% des électeurs qui semble bien élevé pour que les Parisiennes et les Parisiens s’approprient ce nouvel outil. Il conviendrait d’abaisser ce seuil à un niveau plus raisonnable, ainsi que de simplifier le plus possible la procédure qui permet à la parole parisienne d’éclater dans toute sa force jusqu’à l’intérieur de cet hémicycle.

C’est pourquoi le Groupe Communiste votera cette délibération, mais également en faveur de l’abaissement du seuil qui permettra à tous les Parisiens de participer à un renouvellement de notre vie démocratique locale.

Je vous remercie.

Publié le

12 mars 2009