Rechercher sur le site

Intervention d’Alain Lhostis sur les plaques commémorant les zoos humains

Intervention d’Alain Lhostis en séance du Conseil de Paris du 11 décembre 2012.

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je suis particulièrement heureux de soutenir cette délibération dont j’avais demandé le dépôt il y a maintenant près de 8 mois, reprenant la proposition de Pascal Blanchard, commissaire de l’exposition « Exhibitions, l’invention du sauvage » présentée pendant plusieurs mois au cours de l’année 2012 au Musée du Quai Branly.

Il sera donc apposé trois plaques Porte Dorée, à l’entrée du jardin d’acclimatation et 3, avenue Mathurin Moreau. Trois lieux symboliques du passé colonial et esclavagiste de notre pays.

Je voudrai à cette occasion insister pour qu’un prolongement soit donné au magnifique travail de l’exposition du Musée du Quai Branly.

Actuellement, une exposition plus légère et à vocation pédagogique est présentée au jardin d’acclimatation jusqu’au 6 janvier, avec le soutien de la Ville de Paris.

A l’occasion de son inauguration le 21 novembre, Lilian Thuram qui parraine avec sa fondation l’exposition a eu des mots très forts pour montrer le lien entre ces faits et des problèmes actuels de la société autour de l’immigration. Il a déclaré qu’il ne faut pas s’arrêter à la condamnation du racisme mais qu’il convient de poser les enjeux en terme d’égalité de tous les citoyens. Il a souligné combien un regard lucide porté sur cette période permettrait d’aider à mieux nous comprendre et vivre ensemble.

Aussi, compte tenu du fait que cette exposition s’interrompt le 6 janvier, je suggère que l’adjointe au Maire de Paris en charge de la vie scolaire et de la réussite éducative suggère sans attendre aux collèges, comme je l’ai fait dans mon arrondissement, de se rendre à cette exposition dans le cadre d’un travail avec les professeurs d’histoire qui le souhaiteraient.

Je soumets également l’idée aux maires d’arrondissement d’accueillir cette exposition localement en 2013.

Je vous remercie.

Publié le

17 décembre 2012

Auteur-e-s