Rechercher sur le site

Intervention d’Aline Arrouze sur la désaturation de la ligne 13 du métro

Intervention en séance du 10 juillet 2012

Monsieur le Maire, chers collègues,

On ne présente plus la ligne 13 du métro parisien. 610 000 personnes l’empruntent chaque jour. Il s’agit de la troisième ligne la plus utilisée de notre ville, sur un axe très dense de population, mettant en relation quatre départements pour de nombreux trajets domicile / travail quotidiens. Il s’agit surtout de la ligne de métro la plus pénible du réseau parce que ses rames sont aujourd’hui parfaitement saturées – et son trafic souffre de plus nombreux dysfonctionnements qu’ailleurs. Aux heures de grande affluence, elle présente même des risques pour les plus fragiles, on parle de quatre personnes au mètre carré, ce qui ne laisse pas beaucoup d’air ni d’intimité. Cela illustre de manière concrète l’expression « serrés comme des sardines ».

Depuis de nombreuses années, au Conseil de Paris, au Conseil Régional et à la RATP, le Front de Gauche et le Parti Communiste se bat pour l’amélioration des conditions de transport sur cette ligne. Nous avons souvent mis en avant l’idée du débranchement de cette ligne 13, de sa fameuse « fourche », au croisement des avenues de la porte de Saint-Ouen et de la porte de Clichy. Celle-ci est en effet en partie responsable du record de dysfonctionnements et d’irrégularités qui touche la ligne 13. La solution retenue par le STIF n’est cependant pas celle-là, mais le prolongement de la ligne 14. Nous l’approuvons, faute de mieux, car la situation est désespérée et qu’il faut faire quelque chose. Mais nous maintenons que, dans un avenir proche, il faudra envisager la création d’une ligne 15, sur l’un des deux tronçons de la ligne 13.

Car détourner 25 % - chiffre retenu par les études – de la fréquentation de la ligne 13, c’est bien, mais cela ne suffira pas. Trois personnes au mètre carré au lieu de quatre, ce n’est pas non plus d’un grand confort, ce n’est pas beaucoup moins pénible pour les plus vulnérables, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap ou les femmes enceintes. Surtout quand on pense aux projets d’urbanisme, de ce côté-ci et de l’autre du périphérique, comme la ZAC Batignolles, par exemple, qui verront de nouvelles populations fréquenter ces quartiers, y habiter, en emprunter les transports en commun. La ligne 14, la ligne 13. Un jour, aussi, une ligne 15, nous l’espérons.

Je vous remercie.

Publié le

19 juillet 2012

Auteur-e-s