Rechercher sur le site

Les CIO : Une mission d’État qui doit être maintenue

Si l’éducation Nationale est une compétence d’État, et que les centres d’information et d’orientation sont en principe sous sa responsabilité, le département de Paris à encore à sa charge quelques CIO sur son territoire. L’état doit prendre ses responsabilités financières, en assumant les charges de ces locaux. Mais nous devons, pour cette mission essentielle de l’orientation et pour les agents, garantir les conditions du maintien de l’activité des CIO.

Retrouvez l’intervention d’Emmanuelle Becker

Madame la Maire,

L’éducation Nationale est une compétence d’Etat, et les centres d’information et d’orientation sont sous sa responsabilité légale. Une responsabilité qui est également financière qu’il doit assumer, particulièrement lorsqu’il réduit les moyens des collectivités.

C’est le débat principal autour des Centres d’Information et d’orientation Parisiens. Le fait que l’Etat prenne davantage en charge un service public qui lui appartient, s’occupant des charges d’occupation des locaux départementaux que la ville lui met à disposition, est une demande légitime et juste.

Dans le même temps, il est important, en tant qu’institution publique, que nous soyons attachés à maintenir la sécurité et les conditions de fonctionnement de cette mission indispensable assurée par les CIO.

L’information des jeunes élèves sur leur avenir, scolaire comme professionnel, est primordiale. Leurs missions touchent l’ensemble des élèves parisiens, en collèges publics comme privés, mais aussi des jeunes non scolarisés et des adultes. Ils sont à l’origine d’un grand nombre de carrières universitaires et professionnelles, et sont des acteurs primordiaux de la réinsertion.

Les missions de ces établissements doivent être préservées, comme le fait que ces établissements doivent être des institutions de proximité. La situation est très préoccupante pour les agents travaillant dans ces structures, qui s’inquiètent, de manière très légitime, quant au futur lieu d’exercice de leur métier.

Les annonces de recrutement d’enseignants pour la prochaine rentrée scolaire montrent que l’éducation nationale à réduire les coûts là elle peut. C’est pourquoi nous proposons, par le biais de ce vœu, que la ville propose de continuer à prendre en charge 50 % des CIO départementaux actuels, et que les 50 % restants doivent être pris en charge par l’État.

Nous demandons également que dans les arrondissements où ce n’est pas la ville de Paris qui est propriétaire des locaux mais la RIVP, cette dernière les mette à disposition à titre gratuit.

Je vous remercie

Publié le

30 mai 2015

Auteur-e-s