Rechercher sur le site

Intervention d’Emmanuelle Becker sur le "P’tit Vélib’"

Madame la Maire,

La mise en place du réseau « P’tit vélib » est une réelle avancée pour le service public de notre ville. Comme mes camarades l’avaient mentionné lors de l’adoption du plan vélo dans un précédent conseil, toutes les initiatives pour faciliter la culture du vélo à Paris sont à encourager et à favoriser.

Ce dispositif de location de vélos, inauguré l’année dernière, permet de faciliter l’apprentissage du cyclisme aux enfants dès le plus jeune âge. C’est une activité sportive conviviale, désormais ouverte à des espaces verts et cyclables toujours plus nombreux dans notre ville. Nous saluons donc cette initiative et nous sommes sincèrement heureux de son succès.

Les efforts engagés pour introduire la gratuité dans ce dispositif, afin que ce nouveau service soit accessible à tous les enfants et toutes les familles, est également motif de satisfaction. La gratuité à certaines plages horaires est une première étape vers la gratuité totale que nous devons mettre en place.

En revanche, son mode de gestion est encore loin d’être parfait. Ce contrat d’un an renouvelable avec la société JC Decaux pose réellement problème, et nuit à l’image de cette expérimentation. Il faudra, à terme y remédier, soit par la prise en charge de ce service par une gestion publique municipale, soit par une plus forte implication des sociétés d’économie sociale et solidaire.

En même temps qu’elle installe durablement la pratique du vélo à Paris et qu’elle crée de nouveaux services autour de ce mode de déplacement en voie d’expansion, notre municipalité doit également favoriser l’émergence d’acteurs économiques nouveaux.
Pour la fabrication, la vente et la réparation de vélos, nous nous devons de promouvoir un rapport plus juste au travail et au salariat et encourager l’économie sociale et solidaire. Or, nous ne pensons pas que JC Decaux soit promoteur au sein de ses structures, loin s’en faut, d’une vision alternative du travail et de la production.

C’est pourquoi nous pensons que le temps de ce nouveau marché doit être mis à profit par la majorité pour travailler à la construction d’une solution alternative viable à ce partenariat. La gestion de l’entretien, de la maintenance et de la mise à disposition de ces vélos doivent s’inscrire dans un modèle économique plus juste.

Il donc travailler dès maintenant à cette alternative, et être en mesure, au moment du renouvellement de ce contrat, de proposer des alternatives de gestion pour les « P’tits vélibs ».

Le groupe Communiste - Front de Gauche votera donc cette délibération, tout en suivant de près l’évolution de la gestion de service public, qui doit à terme être gratuit pour l’ensemble des enfants parisiens, et une idée plus juste de la société.

Je vous remercie.

Publié le

28 mai 2015

Auteur-e-s