Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel "Lariboisière, Bichat et Beaujon doivent être modernisé pour garantir une offre hospitalière de qualité dans le Nord de Paris"

Intervention en séance du Conseil de Paris des 20, 21 et 22 octobre 2014

Madame la Maire, chers collègues,

Cette communication tombe à point nommé. Les élu-es communistes du 10e arrondissement ont récemment appris que l’AP HP souhaitait revenir sur les engagements pris lors de la concertation relative à la fermeture de l’hôpital Fernand Widal.

L’AP HP s’était alors engagé, à vos côtés Madame la Maire, à l’époque où vous étiez première adjointe, ainsi qu’au côté du Maire du 10e arrondissement, au transfert de l’ensemble des lits de Fernand Widal au sein du nouvel hôpital Lariboisière. C’est à cette condition-là que mes prédécesseurs avaient alors accepté la fermeture de cet établissement historique du 10e arrondissement.

Quel ne fut pas mon étonnement de découvrir que l’AP n’avait plus l’intention aujourd’hui de transférer les lits de « soins de longue durée » pour les personnes âgées et celle des « soins de suite et de réadaptation ». La cause avancée par l’administration est sans appel : en pleine recherche de fonds, l’AP-HP préfère livrer son patrimoine à la spéculation immobilière, quitte à faire passer le projet de santé au second plan.

Je le dis clairement, nous ne pouvons accepter le retour incessant d’un projet qui a par le passé été repoussé grâce à la mobilisation des habitants et des élu-es locaux. C’est bien pour cette raison que nous vous demandons d’adopter le vœu présenté au nom des élu-es communiste et adopté par le conseil d’arrondissement du 10e, qui réaffirme notre souhait de voir transférer la totalité des lits de Fernand Widal à Lariboisière.

Je parlerai également de l’avenir de l’hôpital Bichat. Cet établissement, pièce centrale de l’offre hospitalière du Nord de Paris, mais aussi d’une partie de la Seine Saint Denis et des Hauts de Seine, rencontre de grandes difficultés. Construit il y quelques dizaines d’années seulement, l’état du bâti laisse aujourd’hui à désirer et aggrave les conditions d’accueils des patients et les conditions de travail des agents.
La restructuration de cet hôpital est donc nécessaire mais nous souhaitons qu’elle ne se fasse pas au détriment de l’offre de soin.

Nous le savons tous, le président de la République avait annoncé début 2013 et à la surprise générale, la création d’un Grand hôpital dans le Nord de Paris. Surprise d’abord car après le scandale du montage en Partenariat Public Privé (PPP) de l’hôpital du sud francilien et les multiples couacs survenus à l’hôpital Pompidou, nous pensions que la folie des grandeurs en matière d’hôpital n’était plus à l’ordre du jour.
A priori cela n’est plus le cas et je tiens à insister sur le « a priori » car depuis le début, ce projet avance dans le plus grand secret. Quelle sera sa localisation ? Comment sera-t-il financé ? L’investissement gargantuesque que nécessite un tel projet est-il envisageable ? Nous n’avons à ce jour aucune réponse.

Nous nous faisons donc le relais de l’inquiétude qui monte dans nos arrondissements du Nord de Paris car nous craignons que l’AP-HP ne se décide à procéder par redéploiement en fermant les services et hôpitaux existants et en cédant son patrimoine au plus offrant pour financer son projet de grand hôpital Nord.

Si tel devait être le cas, nous serions fermement opposés à ce projet. Nous proposons donc au conseil de Paris de réaffirmer son attachement à l’hôpital Bichat, d’œuvrer pour qu’il soit rénové et conserve une offre hospitalière d’ampleur pour les habitants du Nord de Paris et de petite couronne.

Nous demandons également, à l’instar du vœu adopté par le conseil d’arrondissement sur l’hôpital Lariboisière, qu’une large concertation soit lancée pour mener la réflexion sur l’offre hospitalière du Nord de Paris en impliquant les conseillers d’arrondissement, le personnel hospitalier, ses représentants et les habitants.

Publié le

20 octobre 2014

Auteur-e-s