Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel sur le projet urbain " Gare des Mines-FiIlettes "

Intervention en séance du conseil de Paris des 17, 18 et 19 novembre 2014

Madame la Maire, chers collègues,

La gare des Mines Fillettes est une nouvelle étape du Grand Projet de Paris Nord Est qui couvre 200 hectares et dont l’objectif est de réorganiser tout ce secteur, projetant ainsi le Nord-Est parisien dans une perspective urbaine totalement repensée globalement.

L’inscription de ce projet n’est pas que parisien, il s’étend entre les Portes de la Chapelle et d’Aubervilliers sur un territoire de plus 28 ha de part et d’autre du boulevard périphérique.

La continuité urbaine au travers et sur le pourtour du périmètre qui relieront à terme ce secteur à son environnement donnera à ce projet une caractéristique particulière celui de la création d’un nouveau quartier intercommunal de 1 700 logements neufs pour ne former qu’un seul et même morceau de ville.

Notons que pour le 18ème l’opération Chapelle international a déjà démarré cet été
Enfin nous soulignerons que la double localisation du Campus Condorcet sur la place du Front Populaire à Saint Denis et à la Porte de la Chapelle va amplifier le destin commun et métropolitain de ce grand territoire.

Au vue de tous ces éléments reconnaissons que nous pouvons partager les objectifs généraux de cette délibération.

Cet accord n’empêche pas de s’interroger et d’écouter. Rappelons que la première réunion de concertation a eu lieu en juillet 2013 avec l’engagement de mettre en place un Comité de suivi après les élections municipales de 2014 alors que les premières signatures entre Paris et Plaine Commune ont eu lieu dés 2005.

Pour notre part, nous serons attentifs au questionnement posé par les habitants et les associations sur :

• L’équilibre entre les programmes en mettant l’accent sur les équipements de proximité, la façon de traiter les espaces publics et la mixité des usages (présence de locaux d’activité, d’artisans ou de production)
• Le traitement des impacts du projet (les nuisances et pollution du périphérique, la densité d’habitation et commerciale) et en corollaire la nécessité d’intégrer des espaces de vie et de respiration
• Des espaces verts plus vastes avec une meilleure prise en compte de la biodiversité. je pense notamment à un grand parc à la chapelle Charbon
• La persistance de l’enclavement de la cité Valentin Abeille

La délibération d’aujourd’hui est la concrétisation des engagements pris lors de la réunion publique du 9 juillet 2013

Sur les modalités de Concertations, il nous est proposé d’intégrer ce projet dans le dispositif de concertation engagé sur le secteur Paris Nord Est depuis 2002 et de mettre en place des mesures spécifiques pour le secteur de la gare des Mines – Fillettes : deux Réunions publiques, deux permanences à la maison du projet, des ateliers participatifs appelés « comités de suivi » et des lettres d’information. Compte tenu de la complexité et de la durée du chantier il nous semble que la tenue d’une réunion publique et d’une permanence une fois par ans seraient plus pertinente d’autant plus que 8 300 m2 ne sont pas affectés et sont à définir dans le cadre de la concertation.

Les études devraient permettre de répondre aux questions et aux inquiétudes des habitants et en fonction de leurs résultats de peser sur le projet. Nous veillerons à ce que ces études répondent bien à ces objectifs.

Enfin ce projet incluant deux collectivités territoriales et la mise en œuvre de deux ZAC, il serait important de prévoir des échanges, voire des collaborations entre les instances de concertation relevant de chacun des deux territoires. Si toutes ces questions restent ouvertes la concertation et l’étude étant à venir, une question doit dés à présent être actée celle du refus de la liaison CDG express en surface avec pour seule solution à envisager, celle de son enfouissement. Pour nous il n’y a pas de négociation et de compromis sur cette question. Cela veut dire en clair que dans le cahier des charges des études d’impact et autres, l’hypothèse d’une traversée en surface ou aérienne du CDG express ne sont même pas à étudier. C’est une décision politique qui s’impose et pas une démarche technique où toutes les hypothèses sont en débat.

Enfin nous ne pouvons ne pas souligner que ce projet intercommunal ouvre une expérience de ce que nous appelons, nous communistes, la coopération entre communes, démarche plus démocratique que celle qui consisterait à imposer une instance supra communautaire qui s’approprierait la légitimité des communes.
En espérant que l’exécutif puisse prendre en compte nos remarques, nous voterons cette délibération

Publié le

18 novembre 2014

Auteur-e-s