Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel sur la convention de partenariat avec Pôle Emploi dans le cadre du Plan Départemental pour l’Insertion et pour l’Emploi (PDIE)

Intervention en séance du 7 juillet 2014

Cette délibération concernant l’avenant n°2 à la convention de partenariat avec Pôle emploi doit, être examiné à partir

• de la convention mère que nous avons soutenu et qui a permis de constituer des binômes Travailleurs sociaux /agent de pôle emploi qui ont donné satisfaction dans l’aide aux demandeurs d’emploi

• mais également, à partir, du nouveau contexte créé par le récent Protocole national pour l’accompagnement des demandeurs d’emploi en difficultés sociales signé le 1er avril 2014 par lequel pôle emploi doit s’engager et prendre en charge des demandeurs d’emploi en difficultés sociales.

Ce qui questionne dans cet avenant c’est le fait que nous ne trouvons pas clairement dans les exposés des motifs, ni dans la délibération les réponses à un certain nombre de questions légitimes :

• Nous nous attendions à un bilan/évaluation de la convention qui aurait permis de mesurer les missions et les fonctions des postes que nous finançons et de nous éclairer sur l’articulation entre le Conseil Général et Pôle emploi au bénéfice des actions développées

• Nous aurions apprécié des précisions sur la formation envisagée pour les agents qui seront amenés à mettre en œuvre de nouvelles pratiques adaptées à l’évolution du public

• Enfin, nous ne savons pas si ces postes financés ont permis à Pôle emploi de créer des postes supplémentaires à ceux nécessaire à ses propres missions de bases ou s’il s’est agit de redéploiements internes ce qui amènerait un affaiblissement du service rendu. Cette question est à relier au sous effectifs de certaines agences. On peur se souvenir que dans le 19ème, il y a 2 semaines une grève du personnel de pôle emploi faisait état de ce manque d’effectif...

Aujourd’hui, nous ne pouvons que prendre acte de cet avenant mais nous voulons rappeler que la convention doit être renégociée au cours de l’année 2014 et qu’il faudra à cette occasion mieux maîtriser tous les points que nous venons de souligner
Au delà de cette délibération que nous voterons, nous proposons d’ouvrir un chantier mettant à plat l’ensemble des structures qui s’occupent ou se revendiquent de l’accompagnement, en augmentation quasi exponentielle, pour repréciser les articulations, les synergies, mutualiser leur compétences et se donner les moyens dans cette approche globale de concevoir et de mettre en place des critères d’évaluations identiques à toutes ces structures tout en préservant leurs spécificités
Pour nous, Groupe communiste- Front de Gauche, ce travail devrait permettre de définir une politique globale et cohérente au bénéfice des personnes les plus éloignées de l’emploi et de sortir d’une démarche d’aide coup par coup dont on connait les limites.

Publié le

15 juillet 2014

Auteur-e-s