Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel sur les régies de quartiers

Intervention en séance du conseil de Paris des 15, 16, 17 et 18 décembre 2014

Madame la Maire, Chers collègues,

Depuis prés de 25 ans, issues historiquement de la politique de la Ville, les Régies de quartier portent sur des territoires en grandes difficultés sociales et économiques, un projet original entre intervention par l’activité économique, éducation populaire et économie solidaire. En associant largement les habitants et les partenaires publics, elles accompagnent les dynamiques qui concourent à répondre aux besoins des territoires
Leur intervention se structure autour de 3 missions : Une mission technique et pratique d’amélioration de la gestion urbaine, qu’elles opèrent sur leur territoire économique, une mission d’insertion sociale et professionnelle des habitants et une mission de médiation et de sensibilisation auprès de la population locale
Aujourd’hui plusieurs Régies de Quartier œuvrent sur Paris.
Depuis leur création les Régies de quartier ont été marquées par 4 faiblesses structurelles :
• La nécessité durant leur période de démarrage plus ou moins longue de subventions nécessaires avant de pouvoir trouver un équilibre financier
• Un secteur d’intervention assez étroit, celui du ménage des parties communes d’immeuble et de voirie, d’entretien d’espaces verts, de second œuvre (peinture, rénovation, menuiserie), d’embellissement et de veille sur le quartier.
• Une forte dépendance vis à vis de leurs donneurs d’ordre qui sont en nombre limité.
• Un problème de gouvernance et d’un ajustement entre le directeur et le Conseil d’administration composé d’habitants. Notons, que cette relation, souvent difficile entre professionnel et bénévoles n’est pas l’apanage des régies de quartier

En 2009 l’APUR signalait que les Régies de Quartier devaient pour leur survie et leur développement s’ouvrir sur d’autres secteurs d’activités, rechercher d’autres marchés, diversifier leurs donneurs d’ordre et renforcer leur présence sur le secteur des services à la personne.

La Régie de Quartier Saint Blaise-Charonne témoigne bien à elle seule de ces problématiques et de la nécessaire évolution de ses prestations. La Régie de quartier Saint Blaise-Charonne a connu des difficultés financières bien qu’en son temps, elle avait su expérimenter de nouvelles pistes d’intervention à travers les clauses d’insertion sociale dans le cadre d’une maitrise d’œuvre.
Le projet qui nous ait présenté s’inscrit tout à fait dans la stratégie préconisée par l’APUR puisqu’il engage la Régie de Quartier Saint-Blaise-Charonne à développer ses activités de lien social, de services à la personne et consolider son secteur du nettoyage.

Nous soutenons l’aide apporté par le Département au cours de cette période de mutation et à ce titre nous voterons la délibération

Publié le

16 décembre 2014

Auteur-e-s