Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel sur le dispositif Multiloc

Intervention en séance du conseil de Paris des 16, 17 et 18 mars 2015

Madame la Maire, mes chèr-es collègues,

Actuellement, les jeunes actifs et les ménages des classes moyennes éprouvent, malgré des ressources correctes et stables des difficultés à se loger à Paris, compte tenu du montant exorbitant des loyers des appartements du parc privé et des garanties exigées par les propriétaires.

Nous saluons donc ce dispositif qui vise à remettre sur le marché des logements vacants du parc privé à un loyer inférieur d’au moins 20% au loyer médian du quartier.

Cependant, la pénurie de logements en Ile-de-France, et particulièrement à Paris est bien réelle. La difficulté pour trouver un toit demande une énergie indiscutable où le moral et le porte-monnaie s’en trouve ébranler. Rappelons que le logement est inscrit comme un droit et ce droit est bafoué jour après jour.

Lorsque vous souhaitez trouver un logement, vous devez passer par de longues étapes parfois humiliantes à 30 ans on vous demande des garants malgré un salaire correct. A Paris avec 1800 euros net, par exemple, vous ne pouvez prétendre qu’ à 20 m2. Ce que vous visitez ce sont les chambres étudiantes mais vous n’êtes plus étudiant…
Et à 60 ans : on demande à ce que vos enfants deviennent les garants de leurs parents.

Il faut savoir que les Français consacrent à leur logement plus de revenus que dans les autres pays et à Paris c’est le pire.

Plusieurs dizaines de milliers de logements vacants sont en bon état et pourraient être remis en location ou vendus par leurs propriétaires.

Je vous rappelle notre détermination à lutter contre la vacance de logements, certes le dispositif Multiloc qui vise à remettre sur le marché des logements vacants du parc privé tout en sécurisant locataires et propriétaires est une action supplémentaire mais nous insistons sur le fait qu’une incitation fiscale efficace constituerait une action complémentaire adaptée.

La taxe sur les logements vacants existe en zones dites « tendues » et le contexte parisien est sans commune mesure avec les autres zones tendues de France.
Le taux appliqué à Paris de cette taxe sur les logements vacants est très faible et donc n’incite pas suffisamment les propriétaires à remettre leur bien sur le marché de la vente ou de la location.

Nous souhaitons au travers de notre vœu rattaché que la Ville de Paris saisisse le gouvernement afin que le PLFR 2015 qui sera voté en juillet 2015 prévoie une augmentation significative du taux de la taxe sur les logements vacants, spécifique à Paris.

Nous voulons d’un Paris où tout le monde peut se loger décemment et vivre sereinement dans un espace adapté à ses besoins, à sa vie personnelle.

Car l’épanouissement d’une ville, son bien-être, son vivre ensemble passe notamment par le chemin d’un accès au logement décent et surtout le droit de vivre dans la ville que l’on a choisi, que l’on aime, parce que on y a grandi, parce que on y a sa famille et ses amis ou parce qu’on y travaille.

Paris, est une ville où tout le monde à sa place : ouvriers, employés, cadres, retraités, chômeurs, étudiants et catégories aisées.

Je vous remercie

Retrouvez notre vœu rattaché pour la création d’une taxe sur les logements vacants

Publié le

17 mars 2015

Auteur-e-s