Rechercher sur le site

"Paris doit réaffirmer son attachement au renforcement de l’offre publique d’hébergement des personnes âgées dépendantes"

La prise en charge des personnes âgées dépendante est un enjeu d’avenir. Même si nous vivons toujours plus vieux, notre espérance de vie en bonne santé n’augmente pas et aurait même tendance à baisser. Nous réaffirmons l’importance de renforcer les modes d’hébergement public, accessible à tous. Menacé de fermeture, nous soutenons les salariés et résidents de l’EHPAD de la Ville de Paris « Le Cèdre Bleu » mobilisés pour l’avenir de l’établissement.

Retrouvez l’intervention de Danièle Premel.

Retrouvez le vœu sur l’EHPAD "Le Cèdre Bleu"

Madame la maire, mes chers collègues,

Vous le savez, la question de la dépendance est vouée à prendre une importance encore plus grande dans les années à venir. Notre expérience de vie ne cesse d’augmenter, la France est même un des pays les plus développés au regard de ce critère. Mais pour autant, notre espérance de vie en bonne santé ou notre « Espérance de vie sans incapacité » (EVSI), deux indicateurs qui définissent une absence de dépendance majeure, n’ont cessé de diminuer ces dernières années. Cette évolution frappe de plein fouet les baby-boomers, aujourd’hui âgée de 45 à 65 ans environ. La question de la dépendance est donc vouée à prendre une place toute particulière au sein de notre société.

J’en viens donc au cœur de mon propos en abordant la question de l’hébergement des personnes âgées dépendantes. Cette délibération nous propose aujourd’hui de soutenir la création d’un EHPAD porté par la Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres, association à but non lucratif. Nous voterons cette délibération en rappelant que nous souhaitons qu’une large partie des places qui seront ainsi créées puissent être habilitées à l’aide sociale départementale pour permettre aux personnes qui n’ont que peu de moyens d’accéder à ce mode d’hébergement.

Bien sûr, la prise en charge en EHPAD, collective et très médicalisée, n’est pas forcément adaptée à tout le monde. Il est important de ne pas négliger le développement d’actions visant le maintien à domicile, qui convient mieux à certaines personnes. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous devons nous désintéresser de l’hébergement en EHPAD. Nous n’avons qu’à regarder les stratégies et les sommes investies par les grands groupes associatifs ou les sociétés privées pour nous convaincre que ce secteur est un secteur d’avenir.

En matière d’hébergement des personnes âgées dépendantes, comme sur bien d’autres sujets, les élu-es du groupe communiste-Front de Gauche pensent qu’il est important de développer une offre publique accessible à tous car nous considérons que la gestion publique est synonyme d’excellence du service rendu aux usagers.
C’est la raison pour laquelle nous avons déposé un vœu initialement rattaché à cette délibération ( 2015 DLH 44). Nous avons appris il y a quelques jours les difficultés rencontrées par l’EHPAD « Le Cèdre Bleu » situé sur le territoire de la ville de Sarcelles mais pour autant géré par le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP). Ce centre qui a fait l’objet d’une évaluation externe en octobre 2014 qui notait à juste titre la qualité de l’accompagnement des résidents et l’implication de l’équipe de direction et des professionnels pour l’amélioration de la sécurité et de la qualité du service.

Mais cet établissement souffre aujourd’hui de la dégradation du bâtiment, de l’inadaptation de ses locaux aux standards modernes d’hébergement. Pour ne citer qu’un exemple, dans cet EHPAD les salles d’eau sont collectives. Evidemment, cette situation a entrainé la désaffection croissante des personnes et des familles pour cet établissement dont la fréquentation n’a cessé de baisser durant ces dernières années. Dans le même temps, le prix de journée n’a cessé d’augmenter, 30% en 4 ans pour être précise alors qu’aucun investissement pour l’avenir n’a été mis en œuvre par le CASVP. Bien entendu, le déficit lié à la gestion de cet établissement n’a cessé de s’accroitre durant cette même période. La Ville se préparerait à fermer cet établissement qu’elle ne s’y prendrait pas d’une meilleure manière.

Seulement voilà, ce centre accueille 162 résidents, emploie 175 salariés et continue à répondre à un besoin bien réel. François Pupponi, le Député-Maire socialiste de Sarcelles, le reconnait d’ailleurs aisément. Il déclarait dans le Parisien que son objectif était de garder une maison de retraite sur ce site et même qu’un repreneur potentiel était déjà en lice pour reprendre l’établissement. Mais la fermeture de l’établissement du CASVP aurait de grandes répercutions, à la fois pour les résidents mais aussi pour les salariés qui n’ont à aucun moment été tenu au courant des perspectives d’avenir de cet EHPAD. Ces craintes ont d’ailleurs été exprimées auprès de Madame Versini et de la direction du CASVP par la voix du président du Conseil de la Vie Sociale de l’EHPAD, représentant les résidents et leurs familles, ainsi que par celles des représentants du personnel qui sont venus manifester leurs inquiétudes sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

C’est la raison pour laquelle nous demandons dans un premier temps à ce que le Conseil de Paris réaffirme son attachement au renforcement de l’offre publique d’hébergement des personnes âgées dépendantes. Puis dans un second temps que le CASVP expertise au plus vite les différentes hypothèses de rénovation ou de reconstruction sur site de l’EHPAD « Le cèdre bleu » ainsi que des autres EHPAD du CASVP dans la même situation tel que l’EHPAD de Bondy.

Publié le

15 avril 2015

Auteur-e-s