Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Premel sur la vente de l’immeuble au 69 boulevard de Charonne

Conseil de Paris
26,27 et 28 mai 2015

Madame la Maire,
Mes chers collègues,

Pour être clair, la nature de l’acheteur n’est pas en cause pour nous.
Ceci dit, nous avons un certain nombre de questions importantes.

Même si vous le savez aussi bien que nous, le centre communautaire du 119 rue Lafayette est à la fois un lieu culturel, une maison regroupant des associations très diverses, l’institut universitaire Elie Wiesel il comporte aussi un lieu de culte.

Une des choses qui manque dans la délibération est bien celle-ci. Sommes-nous face à un projet d’extension du centre communautaire qui sera ainsi sur deux sites ou sommes-nous sur un transfert total et définitif du 119 rue Lafayette vers le 69 boulevard de Charonne ?

Si nous lisons la description qui nous est faite du projet, il n’y aurait aucun transfert du lieu de culte du 119 rue Lafayette, il n’y aurait donc pas d’aide de la ville à la réinstallation d’un lieu cultuel qui tomberait sous le coup de la loi de 1905.
Donc en attendant votre réponse je continue.

Nous sommes aussi surpris qu’une telle opération n’ait fait l’objet d’aucun appel à projet ou de concertation avancée avec les élus de l’arrondissement concerné.
Le 11 ème est un arrondissement où le foncier est rare et qui est déficitaire en équipements publics. Ne pouvait-on pas comme le propose le vœu de nos amis du groupe radical centriste indépendant, que nous avons voté, mettre cette parcelle dans le projet « réinventer paris » ?

Paris habitat s’est porté acquéreur des parcelles mitoyennes et nous ne demandons pas forcément à ce que l’on y fasse du logement sur cette parcelle ci, y compris social, ce qui aurait pu être le cas, si on lit bien l’étude d’expertise qui a été demandée par vos services à VIF expertise.

Ces experts écrivent aussi que ce genre d’opération, on parle de plus de 3000 mètres carrés, ne peut être actuellement attractive pour de l’immobilier d’entreprise, en tout cas en un bloc, mais dans le même temps, notre collègue jean louis Missika et les premiers échos de la MIE présidée par mon ami Nicolas Bonnet, font le constat que si on veut réimplanter des entreprises à Paris, il nous faut trouver du foncier et du foncier peu cher.

N’y avait-il pas sur cette parcelle la possibilité d’accueillir des PME et Pmi en ruche ou des espaces de « co-working » ou des Start up ?

Car la raison essentielle qui nous amène à nous opposer à cette délibération est le prix d’achat qui est à 20% en dessous de l’estimation des domaines alors que nous cherchons partout « 20 sous pour faire un franc » comme disait ma grand-mère, il me parait normal de valoriser le patrimoine de la ville si nous sommes amenés à le vendre.

Un des arguments qui a été avancé est le caractère universitaire du lieu. L’institut universitaire fondé par Elie Wiesel, dont je ne remets en cause ni la qualité du travail de formation, ni la qualité des enseignants, est tout de même un établissement privé hors contrat, qui ne peut dispenser aucun diplôme. L’institut précise d’ailleurs sur son site qu’il ne remet en fin de cursus que des attestations qui n’ont aucune équivalence reconnue. Parmi ses partenaires publics ne figure que la faculté publique de théologie de Strasbourg qui coproduit des séminaires avec le dit institut.

Là aussi c’est un souci, accorder une telle « ristourne » d’1 million 500 000 euros à ce motif nous apparaît disproportionné.

Nous attendons donc des explications sur les questions précises que nous vous avons posées.

Mais en l’état nous ne pouvons voter cette délibération.

Je vous remercie

Publié le

28 mai 2015

Auteur-e-s