Rechercher sur le site

25% de l’investissement sera réalisé dans les quartiers populaires

Sous l’impulsion des élu-es communistes, Paris investira 2.4 milliard d’euros en 2016, un record, et jusqu’en 2020, 25% du budget investissement sera dépensé dans les quartiers populaires pour la création d’équipements et l’aménagement des espaces publics. Nous avons aussi obtenu des moyens supplémentaires pour développer le budget participatif dans les quartiers populaires face à une droite parisienne qui oppose sécurité et démocratie.

Retrouvez l’intervention de Danièle Premel

Madame la Maire, mes chers collègues,

Cette année encore, notre budget d’investissement est la traduction en actes de nos engagements pris devant les parisiens. Ce respect de notre parole en matière d’investissement public contribue à la relance économique par la demande. Les chiffres sont là : 10 milliard d’euros jusqu’en 2020 avec pour la seule année 2016 des dépenses d’investissements de 2.4 milliards d’euro répartis entre autorisation de programme et crédits de paiement. Cette politique volontariste a permis de créer plus de 7 000 logements sociaux en 2015 et nous continuerons à en créer en 2016 avec les 342 millions d’euro que la Ville va consacrer au logement.

Ce choix de l’investissement public, c’est une politique économique de gauche à l’inverse de celle du gouvernement actuel qui baisse les dotations aux collectivités de 11 milliards d’euros en trois ans.

Dans la période de crise et l’augmentation continue du chômage, la politique de l’offre menée aujourd’hui comme hier par la droite, est tout simplement inefficace sauf pour les actionnaires et les fonds de pension. Au contraire le budget qui nous est soumis est un budget d’avenir et de développement porteur d’équité et de solidarité.

Notre collectivité est un territoire riche et attractif. Cet atout nous devons ni le nier ni le refuser et en quelque sorte nous avons une obligation morale et politique de le mobiliser en consacrant des moyens importants pour soutenir l’emploi à Paris. Cette détermination se concrétise essentiellement sur 2 axes celui d’un engagement de sommes importantes d’investissement dans le but de déclencher un cercle vertueux de création d’emplois, celui d’aides aux chômeurs pour retrouver du travail.
Je profite de cette dernière priorité concernant l’aide aux chômeurs, pour rappeler que le groupe communiste-Front de Gauche dépose un amendement au budget primitif 2016 pour que nous renforcions les moyens alloués au Programme Départemental d’Aide à l’Emploi. L’emploi doit rester, pour nous tous, une priorité qui nous mobilise en permanence.

Je souhaiterai maintenant souligner l’orientation particulière que nous donnons au Plan d’Investissement de la Ville de Paris pour les quartiers populaires qui se traduit par un effort sans précédent : 25 % du (Plan d’investissement de la Mandature) PIM territorialisé sera dépensé dans ces quartiers qui accueillent 16,5% de la population.
Ce choix nous l’assumons pleinement d’abord parce que ces quartiers ont pris beaucoup de retard, négligés par la droite du temps où elle était aux affaires à Paris. Pour répondre aux besoins de la population de ces quartiers, nous soutenons la création d’équipements publics comme à la Porte de Bagnolet où nous construirons une piscine, à la porte de Montreuil où un groupe scolaire sera créé, dans le 14e où une Halle Alimentaire verra le jour prochainement, ou alors dans le 18ème où le Centre d’Animation Hébert sera rénové.

Je souhaite aborder la question du budget participatif. L’expérience accumulée sur les deux premières éditions nous permet de tirer un premier bilan de notre action. Il nous semble important d’insister, aujourd’hui sur certaines valeurs auxquelles nous sommes attachés et qui demandent à être défendues aux vues des propositions du groupe Les Républicains qui visent à faire annuler le budget participatif en 2016 pour financer les mesures post-attentats. Mettre en opposition sécurité et démocratie est très discutable aussi Je ne peux m’empêcher de penser au Maire d’Oslo qui déclarait au lendemain du terrible attentat commis par un membre de l’extrême droite « nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie ». Apparemment ce message ne nous a pas tous touchés et je trouve cela très dommageable.

Je terminerais enfin en parlant de la mobilisation des habitants dans les quartiers populaires. Je n’apprendrais rien à personne en disant que tous les groupes sociaux ne sont pas tous à égalité et que cela s’observe à l’examen des origines des projets retenus. Nous pensons qu’il ne faut pas que les personnes les plus modestes se sentent écartées de la démarche du budget participatif. Voilà pourquoi nous soutenons par un amendement la proposition d’allouer un financement supplémentaire aux centres sociaux majoritairement implantées dans les quartiers politiques de la Ville, pour qu’ils puissent accompagner les habitants, encourager l’émergence de projets et susciter l’implication du plus grand nombre de citoyens à formaliser, défendre et communiquer sur leurs projets.

Je vous remercie

Publié le

18 décembre 2015

Auteur-e-s