Rechercher sur le site

Intervention de Danièle Prémel sur les suppressions de classe dans les écoles du quartier de la Chapelle

Affaiblir les écoles dans par les fermetures de classes favorise le manque de repères, et le risque d’enfants laissés en quelque sorte à la dérive. Dans les quartiers populaires de Paris, l’école est le service public de proximité le plus fondateur de notre pacte social, de l’intégration sociale et de la transmission des valeurs de la république. C’est pourquoi notre groupe a déposé un vœu sur les fermetures de classes dans les écoles du quartier de la chapelle, dans le 18e. Retrouvez le vœu.

Madame la Maire, Chers Collègues

Je ne peux m’empêcher de situer ce vœu dans le contexte de ce que la Parisien dans son édition du 2 février a titré dans un article « Gangsta rap en culottes courtes » faisant allusion à un clip de rap qui circule sur les réseaux sociaux mettant en scène des collégiens mineurs du quartier de la porte de la chapelle et dans laquelle une bonne partie des figurants sont scolarisés au Collège Daniel-Mayer dans le 18ème.
Bien sur il s’agit de collégiens et notre vœu concerne le primaire.

Mais affaiblir les écoles dans leur mission d’éducation par la fermeture de classes ne favorise-t-il pas ce processus de manque de repères et le risque d’enfants laissés en quelque sorte à la dérive.

Elue du 18ème, je suis plus sensible et interpelé par les familles de mon arrondissement qui m’ont alerté tant sur des écoles maternelles qu’élémentaire. Mais ce que je peux dire sur cet arrondissement est vrai aussi pour beaucoup d’autres arrondissements.

Dans ces quartiers l’école est le service public de proximité le plus fondateur de notre pacte social, de l’intégration sociale et de la transmission des valeurs de la république.
Supprimer des classes c’est en surcharger d’autre et par la rendre plus difficile la fonction de l’école et le métier des enseignants.

On ne peut gérer l’école qu’avec des règles comptables et statistiques celles du nombre d’enfants. Ne prendre que ce critère pour supprimer des classes c’est générer non pas un cercle vertueux mais au contraire une spirale infernale.

• Baisse des effectifs du public vers le privé par des carences de l’école publique
• Suppression de classes à causes du nombre d’élèves
• Dégradation des conditions d’enseignement
• Accélération dues départ vers le privé

Arrêtons et redonnons à l’école les moyens de sa mission.

Depuis le dépôt de notre vœu le CTA (Comité technique Académique) du 11 février aurait annulé la fermeture de la classe à Guadeloupe mais l’aurait confirmé pour l’évangile et plusieurs autres classes dont Torcy sans compter des écoles maternelles.
Au-delà de certaines mesures prise par l’académie comme le dispositif « Plus de maitres que de classes et la brigade de remplacement que nous pouvons approuver mais jamais comme substitut ou remplacement de fermetures de classes

C’est pour toutes ces raisons que le Groupe communiste-front de Gauche émet le vœu que :

La maire de Paris demande au gouvernement de prévoir une augmentation du budget du rectorat de Paris, afin que ce dernier revienne sur sa proposition de supprimer des classes dans les écoles de l’Evangile et de la Guadeloupe sauf si pour cette école la décision positive est confirmée

Je vous remercie

Publié le

17 février 2016

Auteur-e-s