Rechercher sur le site

Intervention de Didier Le Reste sur les postes d’adultes-relais

Intervention de Didier Le Reste sur l’attribution de subventions de la ville de Paris à 35 associations porteuses de 42 emplois d’adultes relais.

« Madame La Maire, chers collègues,
Cette délibération concerne entre autre l’attribution de subventions de la ville de Paris à deux associations du 10ème arrondissement, l’espace universel et le CAMRES pour l’année 2014.
Je sais que l’arrivée de cette subvention est attendue avec impatience par nombre de structures et en particulier les plus fragiles qui n’ont pas toujours de grosses marges de trésorerie. En ce sens je souhaite que nous continuions les efforts engagés pour réduire les délais de versement des subventions.
Dans le cadre de la réforme de la géographie prioritaire qui nous a beaucoup occupé les derniers mois, la question de la pérennité des postes d’adultes relais a été au cœur du débat et a été au centre des inquiétudes des associations.
Concernant la pérennité du dispositif pour Paris, y compris dans les quartiers dit « de veille active », (c’est-à-dire les quartiers anciennement CUCs qui sortent du quartier politique de la ville au 1er janvier 2015), des engagements ont été pris par la Ministre en charge de la politique de la ville, Mme Vallaud-Belkacem, puis par la secrétaire d’Etat à la politique de la ville, Madame El Khomri.
Ces engagements écrits garantissent le nombre de postes d’adultes-relais sur Paris et la pérennité du dispositif dans les quartiers de veille active. Le renouvellement des conventions est actuellement enclenchée pour 2015 ce qui est une bonne nouvelle et est vécu comme un soulagement pour de nombreuses structures, tout particulièrement dans le 10ème arrondissement.
Ceci étant dit, le renouvellement des conventions est également pour nombre d’acteurs associatifs l’occasion de se voir appliquer pour la première fois le décret du 15 janvier 2013 sur le financement des adultes-relais. Ce décret prévoit une baisse des subventions de l’Etat, qui passe sur une année de 20 991 euros à 17 538,40 euros ce qui correspond donc à une baisse d’un peu moins de 4 000 euros par an par contrat.
Auparavant l’Etat participait au financement de ce poste aidé à hauteur de 80% et l’aide de la ville, que nous votons en ce moment, complétait pour la part restante de 20%.
Au prochain renouvellement de conventions qui est en train de se mettre en place pour 2015, les associations se retrouveront à devoir mettre de leur poche les 4 000 euros manquant de l’Etat.
Plusieurs associations, m’ont alerté sur le risque que ce coût aller engendrer. Je pense notamment à des petites structures, parfois avec un seul salarié qui ont des comptes calculés au plus juste et qui se retrouveront en grande difficulté pour trouver ces 4 000 euros.
Je tenais aujourd’hui à vous alerter sur ce point. A mon sens la ville doit dès à présent mettre en place une vigilance particulière sur les structures qui ont des postes d’adultes-relais.
Ce dispositif doit impérativement demeurer une aide pour les associations et ne pas devenir une charge, afin de leur permettre de continuer leur travail de qualité réalisé dans les quartiers populaires dans l’intérêt de tous les Parisiens.
Nous nous devons d’être particulièrement attentifs à cette question afin de créer les conditions d’une pérennité des structures associatives dont le fonctionnement repose sur les postes d’adultes-relais.
Je vous remercie. »

Publié le

19 novembre 2014

Auteur-e-s