Rechercher sur le site

Intervention de Didier Le Reste sur la réforme du stationnement

Intervention en séance du conseil de Paris des 15, 16, 17 et 18 décembre 2014

Madame la Maire, mes chers collègues,

J’ai évoqué le premier jour de notre conseil que nous étions dans l’ensemble en accord avec les objectifs de la politique de transport présentée pour l’année 2015.
Cependant le groupe communiste tient à exprimer certaines réserves sur la réforme des tarifs de droit au stationnement de surface.
Cette réforme faite dans l’idée d’inciter les automobilistes parisiens à utiliser davantage le stationnement souterrain, nous parait en l’état trop abrupt pour les parisiennes et les parisiens. Pour réaliser un objectif aussi indispensable que l’amélioration de la qualité de l’air pour les parisiennes et des parisiens, prenons garde aux mesures qui partent de bonnes intentions mais peuvent susciter le rejet des habitants à cause de leur caractère trop brutal.
La réforme présentée ne prend pas suffisamment en compte la progressivité en fonction des revenus et surtout, elle n’inclut pas une meilleure gestion des places de stationnement souterrains gérées par les bailleurs de la ville, dont une grande partie est vacante.
C’est pourquoi le groupe communiste propose deux vœux à ce sujet.
-  Le premier vise à mettre en place une réflexion sur une tarification progressive du droit au stationnement pour le budget 2016.
Il s’agit là d’envisager la possibilité d’indexer le coût de la carte de stationnement résidentiel en fonction des revenus du propriétaire du véhicule.
La gratuité de la carte résidentiel pour les ménages non soumis à l’impôt sur le revenu correspond d’ores et déjà à cet objectif de proportionnalité, il s’agirait là de pousser plus en avant cette logique.
-  Le deuxième vœu que nous vous soumettons concerne une amélioration de l’utilisation des places de stationnement du parc social des bailleurs sociaux, et ce dans les meilleurs délais.
En effet sur les 510 000 places de stationnements souterrains situées sous immeubles à Paris, les bailleurs sociaux gèrent une offre estimée entre 120 000 et 150 000 places.
Cela représente une offre aussi importante que tout le stationnement de surface.
Pour répondre à la fois à des objectifs de justice tarifaire, de meilleure utilisation de l’espace public et de meilleure qualité de l’air, il est donc essentiel de travailler à une utilisation rationnalisée des places de parkings dans le parc social.
En 2006-2007, à l’initiative des élus communistes, la ville de Paris avait engagé un programme de modernisation et de baisse des prix des parkings de bailleurs sociaux afin de mieux les utiliser. Cette opération avait permis de réduire de façon importante le taux de vacance dans ces parkings, tout en la couplant avec une réduction des prix dans nombre d’entre eux.
Depuis lors nombre de voitures dans Paris diminuant, le taux de vacances a à nouveau augmenter dans les parkings du parc social.
Il conviendrait donc de renouveler l’opération pour permettre de maximiser l’utilisation des places par la réduction de leur tarif. Cette opération consistant à trouver « le juste prix » serait bénéfique, tant aux bailleurs, qu’aux locataires et à l’ensemble des parisiens qui verraient les possibilités de trouver une place de parking augmenter.
Nous proposons pour ce faire un calendrier précis, à savoir l’adoption d’une délibération sur les tarifs des parcs de stationnement des bailleurs sociaux de Paris Habitat, la RIVP, la SIEMP, Elogie, voire d’autre bailleurs soit adoptée par le conseil de Paris au plus tard au mois d’avril 2015, avec pour priorité des baisses de prix ciblées en fonction des taux de vacance.
Je vous remercie de votre attention,

Publié le

16 décembre 2014

Auteur-e-s