Rechercher sur le site

Des nouveaux espaces populaires pour un vrai projet de développement de la Seine

Le bilan positif de la reconquête des berges de la Seine et son ouverture aux parisiens montre que le choix était le bon. Améliorer la qualité de vie de tous, en créant et aménageant des espaces publics accessibles au plus grand nombre, fait partie de nos engagements de mandature. Mais ces aménagements doivent être des espaces populaires, aux tarifs plus accessibles, et s’inscrivant dans un grand plan d’aménagement de la Seine, investissant dans le Fret pour le report Modal, développant le transport fluvial.

Retrouvez l’intervention de Didier Le Reste

Madame la Maire,

Bien entendu, le groupe communiste - Front de Gauche se réjouit du bilan positif développé dans votre communication autour du projet des berges de la Seine.

Le cœur de l’histoire parisienne s’est en partie rouvert aux parisiennes et aux parisiens, comme aux Franciliens et aux touristes, et sa très forte fréquentation nous confirme dans l’idée que le choix qui a été fait était le bon, en dépit de ce qu’a pu en dire l’opposition municipale.

Une partie des berges de notre fleuve s’est rouverte à la circulation piétonne pour laisser place à un nouveau lieu de vie sur notre territoire. Un lieu où s’organisent de nombreuses initiatives, de nouvelles activités culturelles et sportives, des moments d’échange qui montrent que ce nouvel espace fait maintenant partie intégrante des lieux de vie du territoire parisien.

Ce qui a rendu possible la réalisation de ce projet, c’est le choix de faire de ce qui était un axe important de circulation automobile à Paris un endroit réservé à la déambulation piétonne. Un choix qui va dans le même sens de la volonté, maintenant partagée par l’ensemble du Conseil de Paris, de limiter et de canaliser la place de l’automobile pour lutter contre la pollution et améliorer la qualité de l’air des parisiennes et de parisiens.

La réussite de cette initiative est bien entendu un facteur encourageant pour continuer dans cette direction. Elle ouvre de nouvelles perspectives pour le développement de Paris, et donne un nouvel horizon pour aller vers une ville aux modes de vie et de circulation équilibrés, donnant une plus grande place à des espaces publics profitables à tous.

Une orientation qui soulève en parallèle de nombreuses questions de fond et nécessite quelques points d’amélioration que nous soumettons au Conseil de Paris.

Tout d’abord, une réflexion sur l’accessibilité de l’espace en lui-même. Si ces nouvelles installations sont bien entendues ouvertes à toute la population, de Paris comme d’ailleurs, l’activité économique de cet espace, comme les bars et les restaurants, ont pour une grande partie une politique tarifaire rédhibitoire pour les personnes aux revenus modestes.

Lors de la précédente mandature, le Groupe Communiste – Front de Gauche avait exprimé sa volonté de faire de ces berges de Seine un espace populaire, ce qui passe par des tarifs accessibles à tous dans les commerces qui occupent le site.

La réalisation de l’objectif politique que nous nous sommes fixés, ce Paris social et solidaire que les Parisiennes et les Parisiens souhaitent, passera aussi par notre volonté d’orienter l’activité économique dans l’esprit de nos projets, et notre collectivité devra à l’avenir être vigilante dans la délivrance des concessions aux commerces, en privilégiant notamment la variété de gamme des établissements commerciaux pour proposer des services financièrement accessibles à tous.

Le deuxième point d’amélioration porte sur l’impact que peut avoir un tel projet sur la circulation globale à Paris, et sur la question du nécessaire équilibre à trouver pour que cet espace soit non seulement profitable à tous, mais qu’il ne nuise par ailleurs à personne.

Nous l’avons dit lors du débat sur la qualité de l’air du précédent Conseil de Paris, pour chaque limitation, contraction ou report de la circulation automobile, nous devons travailler à la production d’une alternative permettant de compenser ces freins à la mobilité des personnes et des marchandises, notamment en termes de transports publics.

Si nous ne prenons pas garde à cette difficulté, les « corridors de respiration » que nous gagnerons sur les axes routiers à un endroit de Paris créeront de véritables goulots d’étranglement sur les autres axes, qui nuiront aux automobilistes comme aux riverains.

Si nous voulons réduire la place de l’automobile, le renforcement des lignes de transports en commun existantes, qui sont aujourd’hui sursaturées, la modernisation et l’optimisation des infrastructures de transport et le développement de la multimodalité, mêlant à la route le transport par le rail et le fleuve, seront la clé de cette mutation de Paris que nous voulons.

C’est d’ailleurs par notre fleuve que passe une partie de la solution. Les parisiennes et les parisiens se sont appropriés les berges, approprions nous aussi la Seine et développons par son biais des transports de personnes et de marchandises non polluants et profitables à tous.

La crainte de trop privilégier le potentiel touristique de Paris et de transformer notre ville en « ville musée » est très présente dans le débat public et politique parisien. Prenons garde à ne pas non plus transformer Paris en « ville promenade » où les grands espaces publics prennent trop le pas sur l’ensemble des autres facettes notre ville.

Paris, c’est une ville où l’on vit, où l’on travaille et c’est un poumon de l’économie Francilienne, même s’il est confronté à des pollutions diverses. Et si nous sommes responsables avant tout devant les Parisiennes et les Parisiens, nos décisions impactent aussi l’ensemble des Franciliens.

N’oublions pas que globalement, 60 % du trafic routier dans paris est un trafic de transit, et que les axes parisiens sont utilisés en grande partie pour faire fonctionner non seulement l’économie de notre ville, mais aussi en grande partie celle de notre région. Nous n’avons pas attendu la création de la métropole pour penser à l’échelle métropolitaine, et nous devons continuer à agir dans ce sens.

Cela dit, le groupe Communiste – Front de Gauche votera favorablement le vœu de l’exécutif.

Je vous remercie.

Publié le

17 juin 2014

Auteur-e-s