Rechercher sur le site

Petite Ceinture : Protéger le rail pour créer un Paris durable

La petite ceinture est tiraillée entre deux objectifs de mandature : l’ouverture aux parisiens et le maintien de sa vocation ferroviaire. Par voie d’amendement, afin de garantir une ambition pour le fret, nous avons obtenus le maintien d’une activité ferroviaire douce sur les rails : train touristique, vélorail qui permettent une vraie mixité des usages.

Retrouvez l’intervention de Didier le Reste

« Madame la Maire,
Cette délibération de superposition d’affectations de la petite ceinture ferroviaire, est pour nous l’occasion de relancer le débat sur l’avenir de cette voie ferrée historique de Paris.

La petite ceinture, patrimoine inestimable, est aujourd’hui tiraillée entre deux objectifs de mandature. Le premier, c’est l’ouverture des espaces publics aux parisiennes et aux parisiens. Le deuxième, c’est la lutte durable contre la pollution, le combat pour l’amélioration de la qualité de l’air et, dans un enjeu plus large, la transition écologique.

Les objectifs que nous nous sommes fixés en matière de lutte contre la pollution sont clairs. Nous devons améliorer durablement la qualité de l’air parisien, pour des raisons environnementales comme pour des raisons de santé publique. C’est un enjeu sur lequel nous sommes particulièrement attendus, et qui fait l’objet d’un engagement important de notre ville.

Pour améliorer la qualité de vie des parisiennes et des parisiens, notamment celles et ceux qui habitent aux abords du boulevard périphérique, nous devons mettre en place une alternative crédible aux énergies fossiles.

L’organisation d’un maillage de transports non polluants, pour les personnes comme pour les marchandises, sera la clé du Paris de demain. C’est ce maillage qui réduira une grande partie de la pollution, tout en garantissant le dynamisme économique de notre ville. Et la petite ceinture présente des atouts non négligeables en ce sens.

C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle est inscrite au réseau ferré national ainsi qu’au SDRIF pour sa vocation régionale et que nous avons l’obligation de garantir une véritable réversibilité des aménagements envisagées a fortiori que c’est un engagement contenu dans le Protocole signé l’an passé entre la Ville de Paris et SNCF Réseau.

Sa vocation première reste donc ferroviaire. C’est pourquoi nous devons trouver une solution concertée, équilibrée, pour garantir une mixité et une cohabitation des usages lorsque cela est possible. C’est pourquoi nous ne devons pas avoir une vision parcellaire de cette petite ceinture, mais bel et bien une vision d’ensemble, et un projet cohérent sur l’ensemble de son tracé.

Pour répondre à cet enjeu double, nous proposons de tirer au maximum parti du patrimoine de la petite ceinture. Ce que nous proposons, c’est de concilier l’appropriation sous certaines conditions de la petite ceinture par les parisiennes et les parisiens et activité sur rail, par la mise en place d’une activité ferroviaire douce et ponctuelle sur l’ensemble de son tracé.

Nous devons préserver toutes les opportunités qui nous permettent de développer une alternative aux énergies fossiles. Et en ce sens, la réversibilité des usages ne doit pas être une position de principe, un affichage, mais une réalité portée par une réelle volonté politique.

Et nous pensons que la seule façon de garantir cette réversibilité effective, c’est de remettre en place une activité ferroviaire douce sur le site. Elle seule peut garantir l’entretien des voies ferrées et la préservation des gabarits et largeurs de sécurité.
Nous proposons, d’une part, la mise en place d’un train de la découverte sur la petite ceinture, qui a d’ailleurs fait l’objet d’une proposition largement soutenue au budget participatif. Ce train qui circulerait à des horaires bien précis, afin de ne pas déranger les riverains, comporte un potentiel indéniable pour notre ville.

Il permettrait de redécouvrir Paris sous un autre angle, de créer un parcours touristique nouveau dont nous sommes convaincus du succès.

Notre deuxième proposition, c’est de créer de nouvelles activités sportives et de loisirs qui permettent l’utilisation du rail. L’installation de vélorails et de draisines, permettraient ainsi d’allier la préservation de la voie ferrée à la création d’un nouvel équipement sportif et de loisir en plein air.

Le potentiel de la petite ceinture nous impose d’avoir une ambition forte, et une vision globale. Avec nos propositions, nous dessinons une sortie par le haut d’une opposition entre deux visions, qui peuvent, en réalité, coexister parfaitement.

C’est qui permet d’offrir et aux parisiennes et aux parisiens un nouvel espace commun, tout en insultant pas l’avenir d’un patrimoine qui peut devenir un véritable poumon environnemental et économique de notre ville.

Et c’est à la condition d’un affichage de cette ambition par la municipalité, en adoptant cet amendement, que nous voterons favorablement cette délibération. La convention de superposition d’affectation passée entre la Ville et la SNCF relative à la petite ceinture, sorte de copropriété entre ces deux institutions, ne peut de faire, à notre sens, qu’à la condition que cet objectif d’intérêt général soit garanti.

Je vous remercie.

Publié le

8 avril 2016

Auteur-e-s