Rechercher sur le site

Intervention de Fanny Gaillanne sur le nouveau conseil de quartier Rosa Parks-Mac Donald

Intervention en séance du Conseil de Paris des 20, 21 et 22 octobre 2014

Madame la maire, mes chers collègues,

Je profite de cette délibération pour inviter dans notre Conseil ce quartier et ses habitants.

Aux portes du 19e arrondissement et de Paris, ce quartier connait une véritable transformation qui repense complètement la vie du quartier, la mobilité des habitants, les liens entre Paris et la proche banlieue. C’est un quartier qui se construit :

- Ouvert entre différents quartiers du 19e, grâce à la gare Rosa Parks, qui reliera les quartiers Macdonald et Pont de Flandre

- Ouvert sur la proche banlieue avec la passerelle qui reliera les quartiers Claude Bernard à Aubervilliers en franchissant le périphérique mais aussi avec la nouvelle gare, véritable pont ferroviaire jeté entre le 19e et l’ensemble de la banlieue Est

- Ouvert enfin, entre arrondissements puisque le nouveau centre social est destiné au 18e comme au 19e.

La création de ce 11e Conseil de quartier est une très bonne nouvelle pour les habitants de ce quartier où l’exclusion urbaine, économique et sociale est très forte même si ce quartier se voit aujourd’hui profondément changé avec l’aménagement des entrepôts Macdonald, la Gare Rosa Parks, l’ouverture d’établissements scolaires et sportifs et l’arrivée prochaine de nouveaux habitants. C’est en ce sens que les enjeux d’intégration urbaine sont très importants. Avec les habitants, et les acteurs économiques et sociaux, nous avons comme devoir de créer une identité, un avenir commun pour ce quartier.

J’attire votre attention sur ce quartier, car il me semble que les efforts considérables mis en place jusqu’à ce jour pour améliorer la vie de ce territoire pourraient se trouver réduits si nous ne poursuivons pas les efforts en termes d’aménagements culturels, associatifs, véritables lieux de socialisation qui dynamise la vie des quartiers.

Je terminerai par citer l’architecte Floris Alkemade, qui a travaillé sur les plans des entrepôts : « À Paris, il est toujours difficile d’imaginer qu’en périphérie existent des moments de beauté, comme si le centre absorbait tout ce qui était valable et condamnait la périphérie. » Je vous assure, que ce bêton qui caractérise l’architecture de ce quartier, cette emprunte industrielle, ce carrefour de transports ferroviaire et fluvial rendent ce quartier d’une grande beauté, la beauté de la mémoire industrielle, la beauté de la mixité sociale.

Publié le

20 octobre 2014

Auteur-e-s