Rechercher sur le site

Produire et consommer mieux et moins cher

Intervention de Fanny Gaillanne

Le Groupe Communiste – Front de Gauche a pour intention de lancer une réflexion approfondie sur le développement d’une offre alimentaire saine pour le consommateur, juste pour le producteur et accessible au plus grand nombre de parisiennes et de parisiens. Ce que nous proposons avec ces Halles alimentaires, c’est de garantir la qualité des produits, leur traçabilité, la proximité de leur production et la transparence des prix. Autrement dit, (re)construire un pont entre les consommateurs et le monde agricole.

Madame la Maire, Mes chers collègues,

Ce vœu a pour intention de lancer une réflexion approfondie sur le développement d’une offre alimentaire saine pour le consommateur, juste pour le producteur et accessible au plus grand nombre de parisiennes et de parisiens.

Le sujet est pour nous déterminant : nous nous devons de réunir les conditions adéquates pour faire en sorte que tout un chacun puisse vivre et travailler dans Paris. C’est ce que les élu-es communistes-Front de Gauche portent au travers de la politique du logement, c’est ce que nous allons défendre également tout au long de la MIE pour réimplanter des activités de fabrication et de réparation dans Paris.
Se loger, travailler, se nourrir : ce sont bien à ces besoins élémentaires qu’il nous faut répondre si nous voulons que Paris reste une ville pour toutes et tous.

L’alimentation se situe à la croisée d’enjeux déterminants pour notre avenir. Il s’agit d’abord de développer les circuits courts et les filières agricoles biologiques et raisonnées afin de réduire l’impact environnemental. L’enjeu de santé publique n’est pas négligeable : nombre d’études pointent la corrélation entre le type d’alimentation, la prévalence d’obésité et certaines pathologies telles que le diabète.

Enfin, notre réflexion ne doit pas passer à côté de la question sociale. Là encore, plusieurs études établissent un lien entre alimentation, état de santé et niveau de revenu qui sont des plus préoccupants. L’accès à l’alimentation est caractérisé à Paris, comme dans le reste de la France, par une inégalité sociale très forte.
L’alimentation participe de la paupérisation des populations déjà modestes, et renforcent les inégalités sociales et territoriales déjà constatées.

L’alimentation est un sujet crucial : c’est à la fois un enjeu économique et social, un enjeu de santé publique et un enjeu écologique.

Il ne s’agit ni de créer des épiceries solidaires, ni d’aider l’installation de structures et associations telles que des AMAP qui fleurissent déjà dans Paris s’en sortent bien, mais qui s’adresse à une clientèle homogène d’un point de vue social et économique.
Ce que nous proposons avec ces Halles alimentaire c’est de garantir la qualité des produits, leur traçabilité, la proximité de leur production et la transparence des prix. Autrement dit, (re)construire un pont entre les consommateurs (quel que soit leur catégorie socio professionnelle) et le monde agricole.

Nous souhaitons donc que la Ville se penche sur cette question en s’inspirant des pratiques de recherche-action, ce qui reviendrait à expérimenter concrètement ce type de projet tout en menant en parallèle une étude qui permettrait d’élargir nos horizons et d’évaluer en temps réel, la pertinence de notre expérimentation.

Je vous remercie.

Publié le

9 février 2015

Auteur-e-s